Un toit pour la Maison départementale des sourds

0
Les locaux inaugurés samedi matin en présence de Michèle Lutz, maire de Mulhouse, et du président de la structure Romuald Ntounta (au centre).

Désormais implantés à deux pas de la gare de Mulhouse, les nouveaux locaux de la Maison départementale des sourds 68 ont été inaugurés samedi matin.

Implantée jusqu’au mois d’août dernier à Illzach, la Maison départementale des sourds 68 est désormais basée à Mulhouse, en face du bâtiment annulaire et à une centaine de mètres de la gare. Les locaux du 2, rue Wilson, ont été inaugurés hier matin en présence du maire de Mulhouse, Michèle Lutz.

L’association présidée par Romuald Ntounta compte trois salariés (un à temps plein et deux à mi-temps). Céline Desaint est directrice et médiatrice en langue des signes ; Marion Sudre est médiatrice et chargée de l’accompagnement du public et, enfin, Aurore Delannoye est médiatrice et secrétaire comptable.

Accompagnement chez le médecin

La Maison départementale des sourds a pour mission essentielle d’accompagner et d’aider les sourds dans leurs démarches quotidiennes. « Les personnes sourdes font appel à nous dans de nombreux cas de figure. Pour des démarches administratives auprès de la Caf, de la CPAM, de la mairie par exemple. Mais aussi pour les assister lors d’un rendez-vous chez le médecin, lors d’une réunion parents-profs ou pour aller chez le vétérinaire », expliquent Romuald Ntounta et Céline Desaint, la directrice.

La Maison départementale dispose également d’un service d’appui à l’emploi. « Nous nous sommes aperçus que beaucoup de demandes étaient en effet liées à l’emploi. Nous accompagnons les personnes à la médecine du travail, nous suivons les demandes d’inaptitude à un poste, nous accompagnons les procédures entreprises auprès des prud’hommes. En dehors des situations de contentieux, nous sommes aussi là pour aider les personnes sourdes à rechercher un emploi », ajoutent le président et la directrice.

Beaucoup de sourds souffrent d’illettrisme

Car le constat est parfois rude. « Beaucoup de personnes sourdes souffrent d’illettrisme. La France est en effet très en retard pour la prise en charge à l’école des personnes sourdes », remarquent Romuald Ntounta et Céline Desaint. « L’accès au monde numérique pose aussi problème, car il faut là aussi savoir lire un minimum. À Pôle emploi, on dispose d’un code, il faut réactualiser son statut. La demande pour bénéficier de l’Allocation adultes handicapés (AAH) se fait aussi en ligne. Et même à la Maison départementale des personnes handicapées, qui est l’interlocuteur des personnes en situation de handicap, personne ne parle la langue des signes. Nous faisons donc le relais auprès de cette MDPH ».

Tout cet accompagnement est une prestation que la Maison départementale des sourds 68 fait payer. Soit via un contrat de mutualisation de 100 € par mois (une contribution prélevée sur la PCH, la prestation de compensation du handicap, versée par la MDPH). Soit ponctuellement, à la carte, à raison de 30 € de l’heure (si l’accompagnement a lieu dans les locaux de l’association) et de 50 € de l’heure si la médiatrice doit se déplacer.

Y ALLER Maison départementale des sourds 68, 2 rue Wilson, à Mulhouse. Permanences du lundi au vendredi de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h. Renseignements et rendez-vous au 03.67.94.55.48.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.