Atteint de surdité, Diégo voudrait de l’aide à l’école

0

La scolarité n’est pas une mince affaire pour les élèves souffrants de handicap. Diégo a 3 ans et demi, il est atteint de surdité profonde des deux oreilles depuis sa naissance. Opéré il y a 18 mois à Montpellier avec pose d’implants cochléaires, il est maintenant pris en charge dans un centre d’orthophonie avignonnais à raison de six heures par semaine.

« Mon fils a droit à une AVS »

En septembre, comme tous les enfants de son âge, il a fait sa rentrée en petite section de maternelle à l’école Alexandre Blanc. Le problème c’est qu’il ne bénéficie pas d’une AVS (auxiliaire de vie scolaire) pour l’aider dans ses apprentissages. Elles sont pourtant indispensables à la bonne intégration des enfants handicapés en milieu scolaire.

Emilie, sa maman, ne cache pas sa colère, elle a dû arrêter de travailler en octobre pour pouvoir s’occuper de son fils à plein temps« Il a un gros retard de langage et nous faisons tout pour l’aider à rattraper ce retard. En février dernier nous avons rempli un dossier pour qu’il puisse bénéficier d’une AVS dès son entrée à l’école. En septembre, nous avons reçu une réponse favorable de l’Education nationale et à ce jour toujours rien. Quand j’appelle le Rectorat on me dit que son dossier est en attente parmi d’autres. Je ne veux pas me retrouver au Tribunal mais je veux faire pression, je veux faire appliquer la loi. Mon fils a droit à une AVS, c’est le seul moyen pour qu’il arrive à s’intégrer parfaitement et rapidement dans sa classe. Dans son école il n’y a que 3 Atsem pour 5 classes, l’enseignante ne peut pas s’occuper de Diégo en particulier« .

La colère d’Emilie est doublée d’incompréhension car « il est le seul enfant atteint de surdité profonde à Bollène, explique-t-elle.Il se trouve qu’il y a sur la commune une AVS spécialement formée au langage des signes et à la prise en charge des enfants sourds, je ne comprends pas pourquoi ils ne lui ont pas attribué cette personne, je ne comprends pas comment sont gérés les dossiers ».

Emilie dit se battre pour son fils mais aussi pour tous les enfants handicapés. «  Sur le site Internet de l’Académie, on parle beaucoup de handicap et des droits à l’égalité des chances mais dans la réalité c’est beaucoup moins simple, déplore la maman.Chaque matin, je croise les doigts pour que son auxiliaire de vie scolaire soit arrivée mais à ce jour pas de nouvelle.« 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.