Sourd de naissance, Diego est toujours privé d’accompagnant

1
Le matin, Diego est scolarisé à l’école maternelle Alexandre-Blanc. L’après-midi, il a des rendez-vous chez un orthophoniste notamment, en groupe ou en individuel. Il apprend à communiquer, le langage des signes, il fait aussi de la psychomotricité. Cela représente 6 heures par semaine.

Scolarisé à Alexandre Blanc, le petit Diego est toujours en attente d’une AVS. Jusqu’à quand ?

« J’ai l’impression qu’on n’a pas le droit d’avoir un enfant handicapé. » C’est le constat auquel arrive Émilie Baiardi, la maman de Diego, sourd profond de naissance qui, deux mois et demi après la rentrée, n’a toujours pas d’auxiliaire de vie scolaire (AVS) à ses côtés pour faire ses tout premiers pas à l’école.

Émilie a fait preuve d’anticipation autant que faire se peut, a rempli les bons dossiers et les a transmis en temps et en heure à qui de droit… Mais toujours rien. « Les mois défilent, on est déjà mi-novembre, dans un mois, ce sont les vacances de Noël, et il n’y a toujours personne. Je pense que si je ne dis rien, on passera Noël et la situation n’aura pas évolué, je suis dégoûtée, j’en ai ras-le-bol. » Sur le papier pourtant, l’aide d’une AVS lui a bien été attribuée, toutes les matinées de la semaine pendant trois ans.

S’armant de patience, cette maman a relancé à maintes reprises les différents interlocuteurs censés pouvoir faire bouger les choses, en vain. « J’ai contacté directement le service à Marseille qui m’a dit qu’une AVS avait été recrutée et qu’elle allait arriver. » Quand ? On ne lui a pas précisé. Une situation imputable, résume-t-elle, à la lourdeur des formalités administratives. Un argument que ne peut pas entendre Émilie qui sait son fils en difficulté à l’école. « C’est très compliqué car il a beaucoup de mal à comprendre les consignes, du coup il a un retard de langage combiné à un peu de retard à l’école. La première année de maternelle est importante, il entend quand même mal, et apprend beaucoup de nouveaux mots. Alors si quelqu’un était là pour lui, ce serait bénéfique. »

Trop peu d’Atsem

Ceci dit, « son intégration se passe vraiment bien grâce à l’équipe éducative, on a une chance incroyable, on est tombé sur une équipe au top, très à l’écoute, mais qui manque énormément de moyens », souligne-t-elle.

L’école maternelle Alexandre-Blanc dispose de 3 Atsem pour 5, rappelle-t-elle en effet. Au sein de l’école, un autre enfant dispose déjà de l’accompagnement d’un AVS, et, ayant récemment été absent, cette dernière est venue s’occuper du petit Diego. « Les enseignantes ont pu remarquer que c’était le jour et la nuit lorsque quelqu’un l’aide. »

Émilie Baiardi n’entend rien lâcher. Elle qui a arrêté de travailler afin de pouvoir veiller sur Diego, espère obtenir gain de cause le plus vite possible.

Contacté à plusieurs reprises, le service compétent n’a pas donné suite.

1 COMMENT

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.