Elle dénonce un refus de soins pour sa fille sourde

0
Manuella, une habitante du pays d'Auray, a déposé plainte contre un praticien, pour refus de soins

Elle même atteinte de surdité, une habitante du pays d’Auray a déposé plainte contre un orthodontiste qui aurait refusé des soins à sa fille. Le praticien parle d’une incompréhension.

La polémique

Incompréhension ou refus de soins ? Début juin, Manuella, une habitante de Plumergat, a déposé plainte auprès de la gendarmerie d’Auray contre un orthodontiste morbihannais, pour refus de soins. Parallèlement, elle a adressé un courrier à l’ordre national des chirurgiens-dentistes, à Vannes. Sa fille, âgée de 10 ans et présentant une surdité profonde, avait rendez-vous, début juin, chez un praticien en vue d’un appareil dentaire.

Un interprète pourtant présent

« Ma belle-mère a appelé en octobre pour prendre le rendez-vous, en expliquant que sa petite-fille et moi-même sommes sourdes », indique Manuella.Sa belle-mère précise au cabinet qu’il est « possible de communiquer » avec la maman à l’oral« en parlant doucement et en articulant ». Un premier rendez-vous a lieu le 24 janvier. Le praticien « ne faisait pas d’effort et semblait perdre patience, estime la maman de la patiente. Pour le deuxième rendez-vous, j’ai engagé un interprète. » Il se déroule début juin.

Orthodontiste, fillette et interprète entrent dans le cabinet. La maman reste en salle d’attente. Le praticien ressort après un moment. Il « a dit ne pas pouvoir poursuivre les soins dans de telles conditions » car «le soin passe par la communication directe ». La maman, « anéantie », annule les deux rendez-vous suivants. « Pour la première fois de sa vie, ma fille se sent rejetée par la société. »

Contacté, l’orthodontiste regrette « un malentendu » et « une incompréhension ».Le praticien indique que ce second rendez-vous a pour objet la prise d’éléments de diagnostic pour établir un traitement. De son point de vue, l’interprète aurait dû être présent non ce jour, mais « au 3e rendez-vous, d’explication et présentation du traitement ».

L’orthodontiste exerce depuis quarante-trois ans en cabinet libéral. Elle a occupé un poste d’hospitalo-universitaire, puis de praticien hospitalier au CHU de Pontchaillou, à Rennes« J’ai eu l’occasion de soigner des patients sensibles, tels des enfants trisomiques, des enfants autistes, des malentendants. » Lors du rendez-vous« seule, j’arrive à capter l’attention de l’enfant ». Là, « l’enfant a été captée » par l’interprète et « n’avait aucun regard vers moi, détaille-t-elle. Je me suis sentie dépossédée de la relation. Faire des empreintes sur quelqu’un qui ne me regarde pas, je ne sais pas faire. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.