Thi My a préparé ses élèves au bac, option langue des signes : apprentissage pour les entendants

0

Les élèves du lycée Bossuet à Meaux ont passé leur option langue des signes au bac. Thi My Gosselin, leur animatrice, a présenté la matière encore peu connue, mardi 5 juin.

Vingt-huit élèves du lycée Bossuet ont suivi les ateliers de Thi My Gosselin et viennent de passer l’option langue des signes en épreuve anticipée du baccalauréat. L’enseignante explique : « Ils ont eu le choix entre deux sujets : une traduction d’un texte en langue des signes et la description d’une image avec des gestes de la main et des expressions du visage ». Thi My enseigne la matière une heure par semaine dans les établissements de l’enseignement catholique meldois (Sainte-Marie, Bossuet, et prochainement Jean-Rose) ainsi qu’au lycée Saint-Laurent à Lagny-sur-Marne. Cent trente élèves, toutes classes confondues, ont suivi les cours.

L’option au bac a été créée en 2008. L’an dernier, à l’examen, la moyenne générale obtenue par ses élèves a été de 14/20.

Les élèves de Thi My sont tous entendants et ont choisi d’apprendre la langue des signes pour des raisons différentes. « Pour certains, c’est pour communiquer avec des proches sourds, pour d’autres c’est simplement par intérêt pour la communication en général » indique Thi My.

Le déclic

Thi My a voulu aider les muets et les sourds il y a douze ans après sa rencontre avec un malentendant, lors d’un diner entre amis. Elle raconte : « Je voyais un jeune homme qui ne réagissait pas à nos conversations. Il était exclu. Ça m’a rappelé mon arrivée en France, lorsque je ne comprenais pas un mot de Français » Thi My est en effet une boat people. Elle a fui son pays en guerre, le Vietnam, pour venir en France. « Les premiers mois étaient difficiles. J’avais l’impression d’être sourde car je ne comprenais pas ce que les gens me disaient ». L’employée dans une compagnie d’assurance a alors décidé de prendre des cours de langues de signes, pour aider les muets et les sourds à communiquer. « Je ne voulais pas leur tourner le dos et faire comme s’ils n’existaient pas ».

La première mise en pratique de sa formation a eu lieu un jour de grève. « J’ai rencontré une personne sourde complètement perdue dans une gare. Elle était paniquée et ne comprenait pas pourquoi les gens changeaient de quai. Grâce à mes gestes, j’ai réussi à lui montrer le chemin » se souvient Thi My.

Sortir les sourds du silence

Constatant que les sourds étaient « complètement laissés à l’abandon », Thi My a fondé son association en novembre 2013. Signes et Paroles intervient auprès de trois cents personnes, dont beaucoup exercent une profession médicale. L’association a d’ailleurs édité plusieurs guides pour former le personnel soignant à communiquer avec les sourds. Des agents de la mairie de Meaux se forment aussi à la langue des signes afin d’améliorer l’accueil des mal-entendants.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.