L’appli qui aide les sourds à téléphoner

0
45

La start-up Roger Voice a créé une technologie qui permet aux malentendants de communiquer par téléphone.

Pour Jeff, c’est une première : l’homme aux cheveux blancs commande une pizza par téléphone. Ce geste n’a l’air de rien, mais Jeff est sourd. Il n’a jamais pu passer le moindre appel de sa vie. Cette histoire (vraie) est tirée d’une vidéo promotionnelle de Roger Voice, disponible sur YouTube. La start-up parisienne a développé une technologie permettant aux cinq millions de sourds et malentendants de France, dont un sur dix souffre d’une déficience auditive totale, d’échanger par téléphone de manière quasi instantanée.

Si en plus de sa surdité, l’utilisateur n’a pas l’usage de la parole (certains sourds sont aussi muets), il peut écrire directement un message dans l’application, qui sera ensuite lu par une intelligence artificielle dans le combiné de son interlocuteur. À l’autre bout du fil, la personne valide, elle, peut parler normalement. Ce qu’elle dit s’écrit en temps réel sur l’écran de la personne sourde, rendant la conversation presque aussi fluide qu’un échange vocal classique.

Une campagne de financement participatif

En plus de cette transcription des échanges, une option permet d’utiliser les services d’un interprète en langue des signes, assurant la traduction en temps réel par vidéo. La traduction instantanée en douze langues est également possible pour les appels vers l’étranger. Le service est facturé 6 euros par mois pour une heure d’appel ; 30 euros pour les échanges illimités.

Cette innovation sort de l’esprit d’une personne qui connaît bien la surdité : Olivier Jeannel. Quasi sourd depuis ses 2 ans, l’entrepreneur franco-américain suit une scolarité normale aux États-Unis, où la prise en charge des personnes sourdes est mieux assurée que de ce côté-ci de l’Atlantique. Il termine ses études à Sciences-Po Paris, où il se rend compte du chemin que la France doit encore parcourir pour l’intégration sociale des sourds et malentendants. En 2011, il travaille chez Orange. L’arrivée de Siri dans les appareils Apple provoque le déclic. « La retranscription vocale a ouvert la porte à l’écriture de messages dictés, témoigne l’entrepreneur. C’est la technologie à la base de Roger Voice. » Le développement des fonctionnalités et la création de la compatibilité entre l’application et le réseau téléphonique lui prennent deux années. Pour se lancer, il enchaîne une campagne de financement participatif sur Kickstarter en 2014, l’animation d’une conférence Ted (cercle de réflexion autour des acteurs du changement) sur la surdité en France, puis deux levées de fonds consécutives en 2016 et 2017 pour un total de 1,2 million d’euros.

Sur ce marché de niche, Roger Voice connaît un véritable succès. Le nombre d’appels a doublé en 2017, passant le cap des 200.000 communications, et le nombre d’abonnés augmente de 11% par mois depuis un an. Pour faire face, la start-up embauche à tour de bras : dix personnes en douze mois, dont certaines sont elles-mêmes sourdes, ou issues de parents sourds, portant à 16 le nombre d’employés. Comme le prévoit la loi pour une République numérique de 2016, les centres d’appel des entreprises devront être rendus accessibles aux sourds et malentendants d’ici à octobre 2018. Un marché – évalué à 4.000 entreprises par Roger Voice – pour lequel la start-up développe un produit spécifique, Roger Voice Call Center. La jeune pousse a déjà remporté deux contrats d’ampleur : elle équipe les centres d’appel de Oui SNCF et de l’assureur Allianz Partners.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.