A Pessac, une rencontre sur l’insertion professionnelle des sourds

0
35
Les sourds peuvent exercer de nombreux métiers dans un environnement adapté.

Trois associations, l’Urapeda (Association de parents d’enfants et d’adultes sourds et malentendants), l’INJS (Institut national des jeunes sourds de Bordeaux) et l’Irsa (Institution régionale des sourds et aveugles) organisent cet après-midi une rencontre sur l’orientation professionnelle.

Intitulée «Tu fais quoi après ?», cette réunion a pour but d’informer les jeunes sourds et malentendants sur les possibilités qui s’offrent à eux après leur sortie d’un établissement spécialisé et quelles perspectives d’emploi ils peuvent espérer. C’est la première journée de cette envergure sur le sujet. « C’est une problématique que tous les parents rencontrent, explique Matilda Verney, chargée de communication à l’Irsa. La question de l’emploi peut être difficile car la surdité reste un véritable frein.»

Aménagements de postes
L’intégration de personnes sourdes en entreprise nécessite en effet de la part de l’employeur des investissements et des aménagements de postes spécifiques peut-être moins évidents que lorsqu’il s’agit de personnes en fauteuil roulant par exemple. Un sourd doit notamment travailler face à la porte d’entrée pour ne pas être surpris par quelqu’un qui arrive dans son dos. Il faut aussi prévoir un système adapté, autre qu’une alarme sonore, pour qu’il soit prévenu en cas d’incendie. L’Agefiph (Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées), qui aide les entreprises à réaliser ces aménagements et à recruter des personnes handicapées, apportera son expertise dans ce domaine.

Premier obstacle, la communication
Un interprète en langue des signes sera présent tout au long de l’après-midi, car la principale difficulté pour la formation ou l’intégration en entreprise d’une personne sourde, c’est la communication. « Les sourds n’oralisent pas forcément et peu de gens connaissent la langue des signes. Cela crée une vraie barrière », poursuit Matilda Verney. Le problème est le même pour l’accès aux contenus de formation. Les personnes sourdes rencontrent des difficultés dans l’apprentissage du français car il est traditionnellement basé sur les sons. De plus, il existe très peu de cursus universitaires qui leur sont accessibles.

Cet après-midi est aussi l’occasion pour les participants de rencontrer des personnes qui sont insérées en entreprises ou qui, au contraire, sont en recherche d’emploi et qui viennent témoigner de leurs difficultés et des améliorations qui pourraient être mises en place.

De 13h à 17h30 dans les locaux d’Aquitaine Cap métiers, 102, avenue de Canéjan à Pessac

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.