A la Folle Journée, les sourds et malentendants peuvent désormais profiter des concerts

0
41
Le sac à dos Subpac, qui émet des vibrations pour retransmettre la musique.

La Folle Journée, qui se tient à Nantes jusqu’au dimanche 4 février, s’est équipée en sac à dos vibrants pour permettre aux sourds et malentendants de profiter de certains concerts…

À la Folle Journée de Nantes, qui se tient jusqu’au 4 février, l’accessibilité n’est pas un vain mot. Et l’« accueil dédié pour accompagner les personnes en situation de handicap dans les salles » souligné par Joëlle Kerivin, la directrice de la manifestation, ne s’arrête pas à faciliter l’accès physique aux concerts. Le festival a fait l’acquisition de vingt Subpac, des sacs à dos vibrants qui permettent au sourds et malentendants de profiter de la musique, que 20 Minutes a testé.

Un sac à dos discret et léger

Un petit sac à dos noir d’à peine 1,2 kg. Plat, discret, léger, pratique. Il ressemble aux sacs de running​ qui contiennent les gourdes. Pour ceux qui ne souhaitent pas les montrer, ils se passent facilement sous les vêtements, et même sous un autre sac à dos. Une sangle en haut du torse, une autre en bas, on le cale dans le creux des reins pour que les vibrations se répandent bien dans sur toute la colonne, et c’est parti.

Utilisé par ceux qui veulent amplifier leur expérience musicale (pas besoin de mettre fort, on ressent les vibrations et on a l’impression que c’est fort), j’ai tenté l’expérience sans musique, pour me mettre à la place d’un sourd. Sur une musique que je connais, classique de surcroît pour me croire à la Folle Journée (le quatrième mouvement de la Symphonie du Nouveau Monde), je commence le test.

Ça vibre fort dans mon dos (ça donne même un peu la nausée, mais comme on peut régler l’intensité, ça s’arrange facilement). Je reconnais un peu la musique, mais surtout, les vibrations ont un côté relaxant vraiment très agréable. La sensation est agréable, mais j’ai du mal à faire le rapport avec le fait d’écouter la musique.

« J’ai eu le souffle coupé »

Lila Bensebaa, 38 ans, est sourde de naissance. « Sans ce dispositif, il m’est difficile de reconnaître « la musique » », estime-t-elle. Avec le Subpac, elle a « eu des frissons de plaisir en sentant « cette » vibration que je n’ai jamais connue. On peut dire que je peux facilement reconnaître les différentes formes issues des vibrations. La musique classique, c’est une nouvelle vibration qui m’était inconnue… Elle est très fine et agréable à sentir. »

Depuis qu’elle a un Subpac, Lila a acheté son premier CD de Buddy Rich, « car étant petite j’ai pratiqué la batterie… wow. J’ai eu le souffle coupé. Pour « écouter » la musique classique, j’utilise souvent YouTube en branchant le Subpac. En entendant la musique de Chopin pour la première fois, c’était vraiment émouvant… C’était comme si j’étais un aveugle qui voit pour la première fois, c’est difficile à expliquer… » Une émotion que la Folle Journée a décidé de faire partager au plus grand nombre.

Un dispositif à la disposition des événements intéressés

Ses vingt Subpac, l’événement les a achetés grâce à l’aide de ses mécènes. Très vite, les concerts bénéficiant du dispositif ont affiché complet, incitant à un éventuel investissement supplémentaire dans ces appareils (qui, pour les particuliers, coûtent 389 euros). Mais la réflexion a été prolongée : « Nous mettons à disposition d’autres événements un matériel qui aurait dormi dans nos espaces de stockage dix mois de l’année, explique Joëlle Kerivin. Ce sont des prêts gratuits, avec des conventions, à la demande des structures, et nous nous en félicitons. »

Et Lila Bensebaa de suggérer de coupler le système avec la venue d’interprètes en langue des signes chargés de transcrire les chansons, sur scène. « On appelle cela le « chansigne » et de plus en plus d’artistes y ont recours, pour ouvrir leur univers aux sourds et malentendants. Le combiné des deux dispositifs est top ! »

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.