Jouer avec la surdité pour mieux s’entendre

0

Ouest-France organise “Vivre ensemble, les Assises Nationales de la Citoyenneté” les 19 et 20 janvier 2018. À cette occasion, focus sur ceux qui font ce vivre ensemble, comme Guillaume Izabelle. Sourd, il organise, avec l’association Droit de jouer, des soirées jeux réunissant entendants et malentendants.

Le Nantais Guillaume Izabelle, 28 ans, est sourd. Il a créé, avec deux amis, l’association Droit de jouer, pour permettre aux sourds et aux entendants de jouer ensemble. Pour Halloween ils ont organisé une soirée jeux de société sur le thème d’Halloween, à la maison des Confluences à Nantes« La soirée est l’occasion, pour petits et grands, sourds et entendants, de se rencontrer autour de différents jeux », précise Guillaume Izabelle.

L’association, créée en mai dernier, a proposé de nombreuses soirées dans différents bars nantais. Comme beaucoup de sourds, Guillaume Izabelle s’exprime en langue des signes française, une langue à part entière, différente du français parlé. « Pour me faire comprendre, je mime beaucoup et parfois j’écris », explique le jeune homme.

Mais cela ne suffit pas, il a également développé des outils pour rendre accessible les jeux« Les règles des jeux ne sont pas toujours adaptées pour les personnes sourdes. Nous avons fait des fiches avec des explications plus simples. »

« Pour les sourds, tout est plus compliqué »

Le parcours de Guillaume Izabelle n’est pas simple, même s’il affirme qu’il a eu beaucoup de chance« La société n’est pas encore vraiment adaptée. Pour les personnes sourdes, tout est plus compliqué. Moi, j’ai pu faire ce que je souhaitais : j’ai voyagé, j’ai fait des études et rencontré beaucoup de gens. »

Après l’abandon de son CAP de plombier, il s’est orienté vers l’architecture et a obtenu son diplôme. Mais c’est dans l’animation, plus tard, qu’il va trouver sa voie avec l’obtention de son Bafa (Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur) et une formation spécialisée dans l’animation en LSF (langue des signes française) à l’école STEUM, centre de formation basé à Nantes, qui enseigne ou forme à la langue des signes.« Mais même avec un diplôme, ce n’est pas facile de trouver un travail pour une personne sourde », reconnaît Guillaume Izabelle.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here