Là-haut, ils ont fait s’envoler le handicap

0
Manon Altazin, élève pilote sourde et secrétaire générale de l’Aéroclub de sourds de France, avec Noëlla et Léopold, deux enfants ornais malentendants et Mathilde, la grande sœur de Léopold.

Une dizaine d’enfants ornais sourds ou malentendants ont passé leur baptême de l’air, samedi. Une initiative de l’Aéroclub des sourds de France avec les clubs argentanais.

Reportage

Léopold a la banane. À peine débarqué sur le plancher des vaches, le garçon de 11 ans envoie des bises à l’avion« C’était bien ? »demandent ses parents venus de Montabard (Orne). Hochement de tête appuyé. « Tu as eu peur ? » Là, Léopold secoue les mains. « Il a eu peur un peu tout le temps, rigole Mathilde, sa soeur de 15 ans. Mais surtout à 2 m du sol quand ça commençait à trembler ! » Léopold agrippe la main de Mathilde, puis lève le pouce en direction de Noëlla, une de ses copines de l’école La Providence, à Alençon, qui embarque avec sa maman.

Comme Léopold et Noëlla, plusieurs enfants sourds et malentendants du département ont pu tutoyer les nuages samedi, grâce à l’Aéroclub d’Argentan, Air Détente (ULM) et à l’Aéroclub des sourds de France. « C’est la deuxième année qu’on organise cette opération, raconte Manon Altazin, secrétaire générale de l’Aéroclub des sourds de France. On espère qu’il y aura une 3e, une 4e, etc. On voudrait aller un peu partout en France. »

La jeune femme a commencé à piloter en 2006. « On m’a offert un baptême de l’air et ça m’a beaucoup plu. » Aujourd’hui elle est élève pilote et pourrait devenir, d’ici la fin de l’année, la première femme pilote sourde de France après quelques années de combat pour obtenir un certificat médical. « On s’adapte avec elle, indique Aymeric, instructeur. En fait, on fait un briefing plus complet au sol car on communique un peu moins en vol mais on peut s’écrire et faire des gestes ! »

« En France, deux tiers des aérodromes ne sont pas équipés de tour de contrôle, il n’y a donc pas de radio, comme ici à Argentan,explique Manon avant d’aller remettre leurs diplômes aux apprentis pilotes du jour. « On veut rendre le ciel accessible à tout le monde. »À Argentan, son souhait a été exaucé.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.