Entre 15 et 30 personnes participent régulièrement à cette initiative mise en place dans le quartier des 3000 par l’association Force citoyenne. Objectif : permettre à tous de communiquer avec les sourds.

Hésitante, Rachida place sa main, l’index et l’auriculaire levé, devant le front. Raté. Nouvelle tentative : elle place ses deux index sur chaque tempe… Bingo ! Elle vient de réussir à dire « l’Enfer » en langue des signes. Ce samedi matin, ils sont une quinzaine à assister au dernier cours gratuit de langue des signes mis en place par l’association Force Citoyenne, un collectif issu du quartier des 3 000, à Aulnay-sous-Bois. Brice, son président, l’annonce : « Vu le succès, nous remettrons en place ces cours dès la rentrée ! »

Pour cet habitant d’Aulnay, apprendre la langue des signes « n’est pas une fin en soi. Le vrai objectif, c’est de rapprocher les gens », explique-t-il. « L’idée est venue quand on a été sollicité par Mike et Cynthia, deux habitants de la ville, qui avaient beaucoup de problèmes dans leur vie de tous les jours, à cause du handicap », résume Brice. « La moindre démarche administrative est un calvaire, car les interlocuteurs ne les comprennent pas. Idem au commissariat, où ils ont eu des ennuis avec un policier qui ne les comprenait pas », illustre-t-il.

Alors, Mike s’improvise professeur, l’association communique l’idée sur les réseaux sociaux, et rapidement, ils sont entre quinze et trente à venir s’entraîner, chaque samedi matin, dans une salle de la ville. « Notre prof n’a pas de diplôme, mais c’est un vrai sourd. L’important, c’est le résultat »,analyse, amusé, Hadama Traoré, associatif des 3 000, membre de Force Citoyenne.

Autre volonté : permettre l’accès de cette pratique au plus grand nombre. « Des cours de langue des signes, il n’y en a qu’à Paris, et ils sont extrêmement chers : parfois 800€ la semaine ! » Ce que confirme Kadia, interprète de formation, venue assister au dernier cours : « C’est une bonne démarche, la langue des signes ne doit pas être cantonnée à la capitale. Des sourds, il n’y en a pas que dans les beaux quartiers. »

« J’ai toujours été frustrée de ne pas pouvoir parler aux sourds »

Aulnay, samedi 1er juillet. Une association de la rose des vents a mis en place un cours gratuit de langue des signes

Aulnay, samedi 1er juillet. Rachida est une participante régulière des cours gratuits de langue des signes mis en place à Aulnay LP/Thomas Poupeau

Comme une quinzaine d’autres habitants d’Aulnay, mais aussi de communes voisines (Tremblay, Bobigny…), Rachida est une participante régulière des cours de langue des signes mis en place à Aulnay-sous-Bois.

« Avant, je travaillais dans une librairie au centre commercial O’Parinor, et j’étais très frustrée de ne pas pouvoir parler aux clients malentendants et sourds qui venaient me voir », raconte cette mère de famille. « De là, j’ai voulu apprendre la langue des signesmais j’ai été découragée en voyant les prix : cela se compte en centaines d’euros ! Trop cher », ajoute-t-elle, estimant que cette discipline « devrait être étudiée à l’école ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.