Une trentaine de personnes se sont initiées à la langue des signes

0
Certains participants ont trouvé cette initiation très théâtrale. Photo J. F. Sensibilisation à la langue des signes

L’arc a mis en place mercredi une journée dédiée à la langue des signes française (LSF).

Dans le petit théâtre, Isabelle Florido et Sylvain Guichard, deux artistes de la compagnie Les compagnons de Pierre Ménard, ont animé un atelier de sensibilisation à la langue des signes (LSF) destiné à tout public, mercredi.

Les deux comédiens ont tout d’abord rectifié cette croyance : les sourds sont muets. En fait, comme ils n’entendent pas, ils ne peuvent pas reproduire les sons. En revanche, l’apprentissage et le travail avec un orthophoniste peut leur permettre de parler.

Dès les premiers mois

Le public a rapidement pu expérimenter cette langue qui peut s’apprendre dès les premiers mois de la vie. Chacun a essayé de représenter un ballon, un immeuble, une voiture, en utilisant des gestes amples, précis, en 3D. Pour les émotions, l’expression du visage est primordiale, en gonflant les joues, en écarquillant les yeux, etc. « C’est très intéressant d’apprendre en s’amusant », souligne Danielle qui découvre cette langue.

Reconnue comme « langue à part entière » depuis 2005, elle est contextuelle, culturelle et semble bien difficile à apprendre pour Antonin, 7 ans et demi, qui réussit toutefois à signer son prénom. « J’avais appris à l’école au temps périscolaire », alors c’est avec grand intérêt qu’il a révisé l’alphabet traduit en LSF, la dactylologie, en suivant les explications mnémotechniques de Sylvain.

Comme au théâtre

La chanson Le joueur de flûte de Hamelin a été reprise par la trentaine de participants pour clore l’atelier. « Je souhaiterais aller plus loin dans l’apprentissage de cette langue pour aider les sourds à communiquer plus facilement », souligne Sylvie pour cette première rencontre avec la langue qu’elle a trouvée très théâtrale.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here