Silence, on glisse

0

Samedi matin, la température est glaciale. À peine dans la voiture, je consulte le thermomètre : il fait moins 2o C dans mon garage! Après quelques kilomètres, il continue de descendre pour afficher moins 6°. La route est sèche, la circulation normale, le chauffage à fond. Aussi, je ne me méfie pas de ce pont qui enjambe l’Oise. Lorsque je comprends que la chaussée humide se transforme en patinoire, il est trop tard. J’ai appuyé sur le frein, la Clio glisse pour s’arrêter sur le pare-chocs de l’Opel qui me précède. Je retiens mon souffle, prête à recevoir un flot d’invectives. Mais lorsque le conducteur s’extirpe de sa voiture… pas un cri. Il ne dit rien, fait de grands gestes, paraît même paniqué.

Il me faudra un bon moment avant de comprendre que mon automobiliste est sourd et muet. Nous voilà partis tous les deux dans une série de dessins et de gestes pour tenter de communiquer et remplir le constat, sous le regard interrogatif des autres automobilistes…

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.