Herserange : le langage des signes s’invite à la crèche

0
Avec le langage des signes, « on ancre les sentiments dans le physique en bougeant ses mains », explique Élise Lefranc, directrice de la crèche Câlins et Galipettes à Herserange.

Exprimer une émotion, une sensation, un besoin… Les petits bouts de chou qui ne parlent pas encore ont du mal à se faire comprendre des adultes. Bienveillants mais parfois démunis face aux colères ou aux crises que peuvent être amenés à faire les enfants, les parents ne savent pas toujours interpréter les réactions de leur progéniture. Le langage des signes est un moyen qui permet de faciliter la communication entre petits et grands. Et, Élise Lefranc, directrice de la crèche Câlins et Galipettes à Herserange, l’a bien compris. Dans sa vie familiale, mais aussi professionnelle puisqu’elle a fait rentrer le langage des signes dans sa maison et dans la structure associative. Et ceci, avec succès. Auprès des petits, du personnel et des familles.

Un outil de communication

« C’est un outil de communication commun à tous », apprécie la responsable. Toute l’équipe a suivi une formation avec l’association Comm’1 Signe de Thionville afin de connaître la base de ce langage. « Il s’agit de la langue des sourds avec le vocabulaire adapté aux enfants jusque trois ans. C’était très ludique, avec des jeux, des comptines… que nous appliquons ensuite à la crèche », précise Élise Lefranc. Savoir exprimer des sentiments, se référer à des animaux, des couleurs, des gestes de la vie quotidienne… les professionnels ont vite appris et se sont familiarisés avec ce nouvel outil de communication. Le tout avec le soutien de la caisse d’allocations familiales qui a financé la formation. Les enfants aussi adhèrent, « c’est très naturel pour eux ». Même si certains ne l’utilisent pas tout de suite, ils en font usage au sein de leur famille. C’est comme pour les comptines. « Nous chantons beaucoup au sein de la crèche. Certains ne chantent pas avec nous mais ressortent ce qu’ils ont entendu à la maison », explique la directrice.

Tout au long de la journée, les gestes peuvent être associés à la parole pour dire « attends », « stop c’est dangereux », regarde-moi »… Le signe doit en effet être lié à un son, une image. Parfois, ça peut dénouer certaines incompréhensions et éviter des frustrations. « Un petit garçon se débattait sans cesse quand on le changeait. À partir du moment où il a su dire avec les signes, « changer la couche », ça s’est mieux passé », se souvient Élise Lefranc, qui a eu l’idée de créer un petit jeu de mémo, avec des émoticones pour exprimer les sentiments : la tristesse, la colère, la peur, la joie… Elle a également « signé » une chanson qu’elle a apprise au sein d’un orchestre, ceci pour la fête des mères.

Pour partager ces connaissances, la structure organise une conférence ce vendredi à l’attention des professionnels et des parents qui auraient envie de mieux communiquer avec les tout-petits.

Conférence ce vendredi 25 septembre, à 20h, au centre Louis-Lumière. Entrée libre.

La crèche Câlins et Galipettes propose une conférence et des ateliers sur la langue des signes, histoire de mieux communiquer avec les tout-petits.

Source : http://www.republicain-lorrain.fr © 23 Septembre 2015

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.