La Persagotière présente deux films à Sourd Métrage

1
71
Les élèves de la Persagotière ont présenté deux réalisations au festival Sourd Métrage à Nancy. Un film policier et une comédie avec effets spéciaux et innovations technologiques. Projection prévue le 16 juin au cinéma Bonne Garde.

Du 26 au 28 mai, les élèves de la Persagotière ont participé, pour la première fois, au festival Sourd Métrage, à Nancy (Meurthe-et-Moselle). « Il s’agit d’un festival pédagogique de courts-métrages, réalisés par de jeunes élèves, sourds et entendants. Les films sont évalués par un jury de professionnels. Cette année, la thématique était Science et avenir », expliquent l’éducatrice, Véronique Pétel, et la professeur en langue des signes, Solenn Terrom.

Les jeunes Nantais ont, à ce titre, réalisé deux courts-métrages d’une dizaine de minutes qu’ils ont présentés lors du festival. « Depuis le début de l’année, nous avons discuté, réfléchi et travaillé sur deux idées : un film policier et une comédie », relate Anisse. « Le premier alterne entre scènes du passé, du présent et du futur. Cela parle d’un meurtre non résolu, un peu à la manière de la série télévisée Cold case (affaires classées) », poursuit Inola. « L’action du second film se situe dans le futur et raconte l’histoire d’une fille qui a perdu son père »,confie Cathy.

Une voiture qui se pilote seule

Dialogues, story-board, planning de tournage, technique, jeu d’acteur… Les dix Nantais ont travaillé les courts-métrages de bout en bout. Grâce à leur imagination, ils ont eu l’idée d’inventer des innovations technologiques dans les films : une montre qui projette l’image d’une personne, avec laquelle on peut discuter, une voiture qui conduit toute seule, un écran qui traduit directement les signes ou encore, un bracelet qui permet, lorsqu’on appuie dessus, de signer instinctivement. « Lorsque nos réalisations ont été projetées, on était tous très concentrés », confie Inola. « À la fin de la séance, des plus petits m’ont demandé si les scènes étaient réelles, ou si c’était des effets spéciaux », dit Marine.

Que retiennent-ils de ce festival ? Léa : « Il y avait d’autres films super-bien faits. On s’est rendu compte qu’il fallait bien filmer les visages pour mettre en valeur les expressions et surtout, il faut signer de manière très claire pour bien se faire comprendre. » « C’était chouette de pouvoir échanger avec d’autres jeunes, mais on est déçu, parce que l’année prochaine, c’est un autre groupe qui ira au festival. »

Véronique Pétel et Solenn Terrom ont aussi apprécié l’originalité de ce festival : « Les jeunes participent et créent à partir de leur expérience. »

Jeudi 16 juin, à 20 h 30, projection des courts-métrages au cinéma Bonne-Garde, 20, rue Frère-Louis. Tarif : 3 €.

Source : http://www.ouest-france.fr © 4 Juin 2015 à Nantes

1 COMMENT

  1. Photo ancien eleve je demande classe appareil 12 et dortoirs petits 1 première et 2 grande adulte dortoroirs 12 face infirmière gracons et infimemere filles da dans couche Émile réfectoire et cour douche + bu délieriez CorinneDuparge vous mercier

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.