Gard : un agent des impôts formé à la langue des signes

0
24
Mardi, à la MDPH. L’agent Alloha Zamo en plein entretien avec un contribuable.

Un agent, formé à la langue des signes, aide les sourds et les malentendants.

L’expression du soulagement en langue des signes est très explicite. Pierre (1), habitant de Villeneuve-lès-Avignon, soupire vraiment de soulagement quand il évoque l’apport du service mis en place par la direction départementale des finances pour aider les sourds et malentendants à remplir leur déclaration de revenus. Une matinée par an, un agent des impôts, spécialement formé à la langue des signes, répond aux questions. Le rendez-vous spécifique a lieu à la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) du Gard, située Parc Georges-Besse à Nîmes. Mardi, une dizaine de contribuables sont ainsi venus à la rencontre de Alloha Zamo, agent des impôts basée à Alès et mobilisée pour l’occasion.

« Avant, je n’arrivais jamais à bien m’exprimer, il y avait toujours des erreurs »
Pierre, un contribuable sourd

« J’étais en poste à Paris quand j’ai eu cette opportunité de formation continue à la langue des signes, explique-t-elle. Je l’ai saisie immédiatement. Parce que depuis que je suis toute petite, en fait, la communication entre les sourds m’interpelle. C’est une formation difficile pour la pratique d’une langue vivante. » Très vivante même, à renfort de grands moulinets de bras et de mouvements corporels. Et puis Pierre est du genre bavard. Il est fidèle au rendez-vous institué par la direction des finances en partenariat avec la MDPH depuis trois ans. Et ses questions, d’une année sur l’autre, sont plutôt du genre complexe. Il est notamment question cette fois d’un crédit d’impôt suite à des travaux. « La loi change tout le temps », reconnaît Alloha Zamo.

Encore des progrès à faire

« Auparavant, quand j’avais besoin de précisions, je me rendais à l’hôtel des impôts de Bagnols-sur-Cèze, explique Pierre. Je devais tout mettre par écrit, tout le temps. Je n’arrivais jamais à bien m’expliquer et il y avait toujours des erreurs. » Pierre estime que l’administration fraaise progresse dans toutes les problématiques d’accessibilité et d’égalité des droits pour les handicapés. Par exemple la Caf où le requérant peut être mis en relation avec un employé formé à la langue des signes par visioconférence. « Mais la France a encore beaucoup de progrès à faire, beaucoup de portes sont fermées », regrette-t-il cependant.

Un service méconnu

Basée à Alès, l’agent des impôts Alloha Zamo consacre à peu près « 5 à 10 % » de son temps de travail aux sourds et malentendants. Et d’estimer que son service (2) « n’est pas suffisamment connu » dans le Gard.

(1) Prénom d’emprunt
(2) Renseignements : sip.ales@dgfip.finances.gouv.fr ou 4 66 78 45 80.

Source : http://www.midilibre.fr © 14 Mai 2014 à Gard

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.