Scolarisation des jeunes sourds et rythmes scolaire pour George Pau-Langevin

0
A l’école Turgot, le ministre a assisté à une séance d’apprentissage dans une classe de maternelle,comportant des enfants sourds.?

Le ministre délégué à la Réussite éducative a assisté, hier à Tulle, à l’inauguration du Pôle pour l’accompagnement à la scolarisation des jeunes sourds.

Les visites ministérielles se suivent en Corrèze et ne se ressemblent pas. Après Stéphane Le Foll (Agriculture) et Geneviève Fioraso (Enseignement supérieur et la Recherche), c’est leur collègue déléguée à la Réussite éducative, George Pau-Langevin qui a effectué, hier, un déplacement à Tulle, Naves et Chamboulive.

Au menu de cette visite figurait l’inauguration du Pôle pour l’accompagnement à la scolarisation des jeunes sourds (PASS), ainsi que la mise en place de la réforme des rythmes scolaires dans les communes de Tulle Agglo.

Partenariats

Accueillie par Bernard Combes, George Pau-Langevin s’est d’abord rendu à l’école Turgot où le Pôle PASS a été mis en place à la rentrée 2011, grâce à un partenariat entre l’Éducation nationale, la mairie de Tulle, l’Agence régionale de santé, le Département et la Région, et les associations gestionnaires des services d’accompagnement des personnes handicapées. Il s’agit d’un dispositif pilote qui fonctionne de la maternelle au lycée en passant par le collège. Il propose un parcours de scolarisation inclusive, accessible aux élèves sourds et malentendants, selon le choix de communications des familles. Il accueille donc aussi bien les élèves oralisant, codant ou signant.

Huit élèves sourds ou malentendants sont actuellement scolarisés à l’école Turgot, où George Pau-Langevin a pu voir, hier, une séance d’apprentissage avec les maternelles, à partir d’un album et à l’aide du tableau numérique interactif.

« L’école forme les citoyens. Donc, lorsque l’école est inclusive, cela nous permettra de bâtir une société inclusive », a insisté George Pau-Langevin qui a également mis l’accent sur la formation des enseignants et des assistants à la vie scolaire pour la meilleure prise en charge du handicap à l’école. Pour ces derniers, une formation et un diplôme seront mis en place. Leur statut évoluera vers un CDI pour 28.000 d’entre eux.

Marie Pau-Langevin s’est rendu ensuite au lycée Édmond-Perrier où la langue des signes française (LSF) existe en option Bac (en lien avec le collège Clemenceau où une sensibilisation à la LSF est mise en place pour tous les élèves de 6 e). Le proviseur du lycée Perrier, Gérard Gannet a d’ailleurs souhaité la bienvenue au ministre en langue de signes, avant que celle-ci n’assiste à une séquence de travail et d’échange entre les lycéens et leur professeur de LSF, Davy Lacroix.

[list style= »event »]

[/list]

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.