Carole Sionnet au Festival de Douarnenez

0
Carole Sionnet (3e à partir de la gauche) avec des amis japonais, dont Yoriko, Chieko et Danny, ses interlocuteurs dans Culture Signes.

La Chef-Boutonnaise Carole Sionnet est présente ce mercredi au 36 e Festival de cinéma de Douarnenez pour présenter son dernier long-métrage.

Dédié aux minorités (les roms, les transsexuels et le monde des sourds), le 36e festival de cinéma de Douarnenez (Finistère) a débuté vendredi et touchera à sa fin samedi. Ces mercredi 28 et vendredi 30 août, à 16 h et 11 h, la Chef-Boutonnaise Carole Sionnet y est attendue pour présenter Culture Signes, son tout dernier long-métrage.

Le langage des signes

Carole Sionnet prend fait et cause pour les communautés sourdes depuis plusieurs années. Elle en partage les combats pour la reconnaissance de leurs identités et, comme elles, donne à voir la langue des signes pour échanger et se livrer pleinement. Déjà, plusieurs de ses réalisations leur ont été consacrées.
Le documentaire Cultures Signes a été tourné au Japon, précisément à Kyoto et à Osaka. Sur près de deux heures, il est un judicieux agencement de séquences d’une grande et belle luminosité avec, au centre de chacune d’elles, une personne s’exprimant dans la langue des signes. Reposant sur une gestuelle savamment structurée et accompagnées de regards d’une infinie douceur, les interventions de Yoriko, Chieko et Danny ont ceci d’instructif et de prenant qu’elles en disent long sur la vie au Japon. Il est notamment question de traditions culinaires, du sens de l’hospitalité des Japonais, du respect dû aux êtres chers disparus, de photographes et d’écrivains de talent, tels Shoji Ueda et Aya Koda.
Il est aussi question de la situation actuelle du Japon, marquée, comme ailleurs, par un écart de plus en plus indécent entre ceux qui possèdent et ceux qui ont si peu pour vivre. « Ce monde va à sa perte », est-il dit avec force. D’autres propos retiennent l’attention. Ils ont trait à la langue des signes. Parmi eux, celui de Yoriko : « A l’école, quand on parlait en signes, on nous tapait sur les doigts », et celui de Carole Sionnet : « Avec la langue des signes, il existe un lien universel qui unit un peuple sans territoire ».

Pour se procurer « Culture Signes » : www.carolesionnet.org

[list style= »event »]

[/list]

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.