L’Espace Sourds pour briser les barrières

0
57

Ce samedi, l’Espace Sourds organise sa fête des ateliers. L’occasion de découvrir un monde que les entendants connaissent mal.

Chaque semaine, enfants sourds et entendants se côtoient lors des différents ateliers.

Démystifier la langue des signes et briser la barrière qui sépare parfois sourds et entendants, voilà deux objectifs que s’est fixés l’Espace Sourds.

Basée à Tournai, sur le coin de la Place Verte, l’association accueille chaque semaine des ateliers pour les enfants de 2 à 14 ans : «Ce sont des groupes hétérogènes, explique Sabrina Leveugle, l’une des animatrices des ateliers. On y fait des jeux pour favoriser la communication entre les enfants, qu’ils soient sourds ou entendants.»

Avec Annick Bouffioux et Gérry Dorpel, ses collègues sourd et malentendant, Sabrina – qui dispose de toutes ses facultés auditives – apprend aux enfants la langue des signes : «Le but est d’éviter que les enfants sourds se retrouvent en vase clos, explique Frédéric Moutoy, le coordinateur de l’Espace. Les entendants qui participent à ces ateliers sont donc bien souvent des enfants qui ont un lien avec la surdité. Soit ils ont un parent sourd, soit c’est leur frère ou leur sœur qui est malentendant. Mais les activités pédagogiques restent ouvertes à tous.»

C’est pour montrer le travail accompli que l’Espace Sourd organise une fête des ateliers ce samedi au Foyer Saint-Brice (rue Duquesnoy) : «Les parents pourront notamment voir comment se passe un atelier avec les enfants. Ils pourront aussi constater que la communication est possible entre le monde des sourds et celui des entendants. Malgré le handicap, les enfants se comprennent.»

Servir d’interface

Les enfants ne sont cependant pas l’unique public cible de l’Espace Sourd. L’association dispose ainsi d’un service d’accompagnement familial. Celui-ci vise à résoudre des problèmes que des personnes sourdes peuvent rencontrer dans la vie de tous les jours : «Le service peut servir d’interface lors d’une consultation chez le médecin ou lors d’un rendez-vous avec le banquier, indique Frédéric Moutoy. Il peut aussi intervenir pour une réunion de parents à l’école ou dans un hôpital pour sensibiliser le personnel, par exemple.»

Un service d’accompagnement qui ne chôme pas vraiment. Cinquante familles sont d’ailleurs suivies très régulièrement par l’Espace Sourd : « Entre 2011 et 2012, le nombre de ses interventions a doublé pour atteindre 4800, révèle le coordinateur. Les demandes ne se limitent pas à Tournai, nous disposons d’ailleurs d’une permanence à Mouscron. Nous devons cependant parfois refuser des demandes trop lointaines. Nous sommes par exemple de plus en plus sollicités dans la région de Mons.»

L’Espace Sourds tente également de rendre ses adhérents plus autonomes : « Annick, l’une des animatrices des ateliers, est sourde mais totalement autonome. On s’est donc dit que si elle pouvait se débrouiller, d’autres pourraient le faire aussi. Elle accompagne donc parfois d’autres personnes sourdes dans leur quotidien afin de leur montrer comment se faire comprendre. Le problème est souvent que les gens craignent d’être incompris et n’osent pas…»

Source : http://www.lavenir.net © 10 Juin 2013 à Belgique

 

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.