Facebook

Commentaires récents

jj : Ce petit garçon N’EST PAS MALADE mais a tout sim...
jj : Je me mets à la place des parents ? Troyano Andr'...
Troyano Andres : Sylvia a parfaitement raison... Entendre a tout pr...
Sylvie : C'est exactement cela que c'est sain,une intégrati...
Sylvie : Tant mieux si l'admnistration a entendu la volonté...

TICE et enseignement de la langue des signes

Vous trouverez ci-dessous le résumé de l’intervention proposé par les intervenants, ainsi que leur biographie: ” Nous présentons un compte-rendu d’expérimentation de plusieurs logiciels de la suite LogiSigne réalisée à l’IRIT (université de Toulouse) pour l’enseignement de la langue des signes française (LSF) à des élèves sourds de niveau collège. La langue des signes est pour ces élèves une première langue. L’enseignement s’appuie sur le référentiel européen des langues, adapté pour la langue des signes (niveau A2) et vise à leur donner une maîtrise et un recul sur leur propre langue. Ces élèves pratiquent la LSF, plus ou moins bien suivant leur histoire personnelle, mais ils n’ont jamais eu l’occasion de la traiter comme un objet formel, d’observer, de manipuler ou d’évaluer leur propre production. Or ceci est indispensable si l’on veut que la LSF devienne un outil d’acquisition de connaissances dans le cadre scolaire et si l’on veut que ces élèves en maîtrisent tous les registres et toutes les fonctionnalités. La LSF n’a pas de forme écrite. Pour en obtenir une trace et pouvoir l’observer et l’analyser, on va donc utiliser le support vidéo, que ce soit pour donner des énoncés à analyser, pour fournir des exemples, pour fabriquer des exercices ou pour enregistrer les productions des élèves. Pour pouvoir traiter ces documents et parler de leur contenu, les fonctions d’enregistrement, de montage et de visualisation ne suffisent pas, on a besoin d’outils spécifiques à la LSF. Nous montrons des exemples d’outils de la suite LogiSigne, permettant d’annoter et de corriger, en LSF, une production des élèves et de leur fournir l’équivalent d’une copie corrigée, de garder une trace de la LSF sous forme d’images et de décomposer et de visualiser le fonctionnement de la LSF. Nous présentons comment nous utilisons ces outils en classe avec des élèves sourds de niveau collège et nous montrons les bénéfices qu’ils en retirent dans la prise de conscience de leur propre langue.” Biographie: Jean-François Piquet est professeur de langue des Signes française (LSF) depuis plus de 20 ans. Lui-même sourd de naissance, il enseigne la LSF aux élèves sourds (LSF 1ère langue) ou entendants (LSF, langue optionnelle) ainsi qu’à des adultes entendants. Dans le cadre de l’association ASP IRIS, dont le rôle est de promouvoir la LSF, il participe également à des recherches sur l’enseignement de la LSF et il est responsable du site E.LSF http://enseignement-lsf.com. Par ailleurs il est aussi comédien et se produit en one man show en LSF : http://www.jef-s.com Patrice Dalle est professeur de l’université Paul Sabatier (Toulouse 3) et dirige une équipe de recherches à l’IRIT sur l’analyse de la langue des signes, qui a réalisé la suite logicielle LogiSigne, dans le cadre du pôle de recherche tolosan sur la LSF, PRESTO.

[list style="event"]

[/list]

 

Partager

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à laisser un commentaire.

Laissez un commentaire

 




 

* champs obligatoires