Apprendre le langage du monde du silence

1
72
Pendant son cours, Marie-France Dehaye parle un langage du corps et du visage. Pas de sons, mais une expressivité de chaque instant qui permet à tous de se comprendre, en attendant de maîtriser le langage des signes.
Pendant son cours, Marie-France Dehaye parle un langage du corps et du visage. Pas de sons, mais une expressivité de chaque instant qui permet à tous de se comprendre, en attendant de maîtriser le langage des signes.

Au stage de danse, à Belle-Isle, on n’apprend pas seulement à danser. Marie-France Dehaye y enseigne le langage des signes.

En plein milieu des cours de danse, à Belle-Isle, entre le vacarme rythmé des claquettes et un air de tango, une salle paraît bien plus silencieuse que les autres. C’est ici qu’ont lieu les cours de langage des signes.

Dispensés par Marie-France Dehaye, ces cours sont l’occasion, pour danseurs et professeurs, de faire une parenthèse sur la danse et d’apprendre un moyen de communication semblable parfois à une chorégraphie. Marie-France est elle-même sourde-muette depuis sa naissance. Elle est devenue professeur « parce qu’on me l’a demandé ».

Une trentaine d’élèves dont beaucoup de débutants

« J’entends un peu, grâce à un appareil auditif », précise-t-elle au moment où, par réflexe, on écrit les questions sur une feuille de papier pour lui montrer.
Devant ses élèves, elle utilise ses mains, son visage. Tout une palette d’expression dont on oublie facilement l’importance quand le langage est naturel. Pour elle, le langage, c’est avant tout celui du corps. Presque de la danse, en somme.
Ils sont une trentaine, assis devant elle, imitant ses gestes, essayant de construire une conversation. Et même si Marie-France les entend, elle paraît comprendre leurs questions juste en regardant leurs visages. « Beaucoup d’entre eux sont des débutants », explique-t-elle.
Parmi eux, un élève est déjà initié. C’est Larrio Ekson, figure majeure de la danse contemporaine, chorégraphe et professeur de renommée internationale. Il fait partie des fidèles des cours de Marie-France. « J’y assiste depuis trois ans. C’est vraiment du bonheur », lâche-t-il en fin de séance.

Cours tous les jours, de 13 h 15 à 14 h 30, au premier étage de la MLC de Belle-Isle.

Source : http://www.lanouvellerepublique.fr © 17 Aout 2012 à Châteauroux

1 COMMENT

  1. Je suis entendante et j’apprends la LSF depuis 2 ans et espère un jour qui sait pouvoir transmettre aussi cette langue à ceux qui souhaitent l’apprendre aux enfants et adultes, sourds, malentendants ou entendants.
    Mais il faudra du temps pour bien l’intégrer avec beaucoup de pratique. Et peut-être qui sait obtenir un jour un Diplôme de Compétence en Langue des Signes Française !
    Le monde du silence est tellement expressif et empli d’une sensibilité dans son langage. Parfois très bruyant aussi mais je m’y sens bien…

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.