Des jeunes sourds ont tendu la main aux personnes âgées

0
70
Un spectacle émouvant, tendre et radieux a été offert aux spectateurs, par les résidents du Soleil d'Automne et par les étudiants du centre des jeunes sourds d'Arras.
Un spectacle émouvant, tendre et radieux a été offert aux spectateurs, par les résidents du Soleil d’Automne et par les étudiants du centre des jeunes sourds d’Arras.

Après trois longs mois de répétitions et de préparation, après d’interminables exercices de diction et d’expression chez les uns, après d’énormes efforts de mémoire consentis chez les autres, jeudi 19 avril, le théâtre arrageois a accueilli le spectacle du centre d’éducation pour jeunes sourds d’Arras et de l’EHPAD Soleil d’Automne de Saint-Laurent-Blangy.
Comme l’a si bien dit le metteur en scène Flavien Riez : « aujourd’hui c’est la fête, même si le travail effectué en amont reste le plus riche et le plus important ». Ce projet est né après une concertation étroite entre les dirigeants et les encadrants des deux établissements, avec une folle envie de bousculer les idées reçues. Sourd ne veut pas dire muet ! Il faut oser porter un autre regard, avec beaucoup de tendresse et d’humanité, sur la personne âgée.
Simon, Apolline, Laurie, Pricillia, Amélie, Sarah, Cécilia, Gwendoline et Maude ont tendu leurs bras à Simone 99 ans, Charlot 86 ans, Marie-Louise, Anne-Marie, Angèle, Flore, Titi, Irène et Bernadette.
Toute la troupe a été hébergée dans les locaux du théâtre durant deux journées et les deux représentations ont eu lieu sous le dôme de la salle des concerts. L’intendance a été assurée par les cuisines du Soleil d’Automne … De la direction en passant par les secrétaires, les agents de service, les soignants, les animatrices, les enseignants, tout ce petit monde a contribué à la réussite de cette audition intergénérationnelle. Le matin, 300 scolaires et l’après-midi, les familles et les amis ont assisté à ce spectacle dynamique et porteur d’espoir. La tension, la peur ont bien vite laissé la place aux chansons et au défoulement artistique.

Une jolie leçon de vie
Benjamin et Flavien Riez ont accompagné en musique les interprètes et les danseurs. L’émotion et la tendresse étaient palpables sur scène comme dans la salle et les applaudissements ont été interminables. Quelques larmes ont même perlé sur de nombreux visages dont celui du directeur de l’Ehpad, Didier Leday. Une très belle leçon de vie offerte par des amateurs au professionnalisme et à la détermination des plus émouvants.
Emilie la traductrice, par le langage des signes, a exprimé toute la joie de vivre des étudiants du CEJS dont certains se destinent aux métiers de l’aide à la personne. « Je suis heureux, très heureux ! », confie l’ancien mineur de la fosse 8 de Lens, Charlot l’amusette dont l’épouse Léontine se trouve dans la salle.

Source : http://www.lavenirdelartois.fr © 25 Avril 2012 à Arras

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.