Sourd de naissance, Matthieu, un élève comme les autres

5
57

Sourd de naissance, Matthieu a bénéficié tout jeune de la mobilisation de ses parents pour l’aider à récupérer son audition, et lui permettre de vivre une scolarité normale avec les camarades à l’école.

Sa maman Caroline l’a suivi dès l’âge de 14 mois, quand il a reçu à Tours deux implants cochléaires qui stimulent le nerf auditif, sans compter les déplacements auprès de spécialistes aux États-Unis ou en Angleterre.

Elle applique avec lui la thérapie audio-verbale, une méthode de rééducation particulière venant d’Outre-Atlantique, non reconnue à ce jour en France. Avec une certaine fierté, elle constate : « Notre combat pour lui apprendre à entendre et parler a permis de donner à notre enfant une éducation scolaire comme les autres. C’est une première réussite. Lors de son inscription à l’école du Petit-Prince il y a deux ans, Matthieu avait le même niveau de langage et de compréhension que ses camarades, niveau qu’il maintient aujourd’hui. »

Afin d’améliorer la perception de l’enfant dans la classe, ses parents ont décidé d’acheter un « amplificateur champ libre », un appareil qui lui permet de mieux entendre la voix des enseignants équipés d’un micro-cravate, car elle est répercutée par l’enceinte dans toute la classe. Mieux, cette technique est aussi reconnue pour être un support pour tous les élèves.

« Dans la présentation du projet, j’ai reçu l’accord de l’équipe enseignante, se félicite Caroline. La société américaine qui commercialise ce produit a même proposé d’étendre cette expérience dans quatre classes de l’école, en mettant à disposition, pendant plusieurs mois un appareil par classe. Il est en effet prouvé que cette technique améliore l’attention de tous les élèves. »

Quatre enseignants vont ainsi tenter l’expérience à la rentrée de septembre. Enfants et enseignants recevront un questionnaire mensuel qui donnera à la société les moyens de suivre les évolutions des élèves, et d’analyser les atouts de la méthode.

Suivant les résultats enregistrés en fin d’expérience, la commune pourra acquérir au prix de 40 % du coût de l’investissement, ces appareils pour l’école. Éric Fouquet, adjoint des affaires scolaires a d’ailleurs présenté ce projet au dernier conseil municipal. Les élus se disent prêts à suivre avec intérêt cette innovation pédagogique.

Source : http://www.ouest-france.fr © 10 Juin 2012 à Le Plessis-Macé

5 COMMENTS

  1. Est t’il sain pour un enfant sourd d’être ainsi isolé de ses pairs sourds?…Quelle inconscience!,quel égoïsme!,quelle irresponsabilité!….

    Je suis d’accord pour la mise en place un amplificateur en champ libre dans une classe mais je n’accepte pas l’INTÉGRATION INDIVIDUELLE!!!,ça devrait être INTERDIT(à l’école maternelle,primaire,collège et lycée).

    L’intégration REGROUPÉE,devrait être OBLIGATOIRE,c’est la meilleure chose à faire à l’enfant sourd,cela le permet à partager avec ses pairs sourds ce qu’il peut ressentir,de mieux se construire et s’épanouir…j’ai vécu l’intégration individuelle,j’ai beaucoup souffert de l’isolement et l’intégration regroupée m’a été plus bénéfique…bon nombre de sourds diront la même chose!.

    Guénon,vous n’êtes pas bien placé pour juger ce qui est bon ou non pour l’enfant sourd puisque vous n’êtes pas vous-même sourd…nous adultes sourds anciens enfants sourds savons tous ce qu’il faut faire ou non à l’enfant sourd,vous parents entendants faites beaucoup de choses à l’envers de ce qu’il faut faire…désolée…

    sourdialement

  2. Ils pensent mieux faire. Dommage qu’ils ne consultent les adultes sourds car nous avons vécu et que leur enfant ne va jamais connaître le monde des sourds qui lui appartient..Avoir ces 2 mondes, c’est enrichissant…
    A l’attention de Guénon, ils auront une belle vie? Précisez les personnes! SVP merci. Sourdialement; Mère sourde d’un enfant sourd et entendant.

  3. Pour sylvie, je suis entendante signante, et je suis tout à fait d’accord avec vous. Pour avoir travaillé comme interface depuis plusieurs années et surtout pour m’intéresser REELLEMENT aux personnes sourdes je trouve aussi que c’est une erreur énorme d’intégrer les sourds seuls, que ce soit en scolaire, en formation et même dans l’emploi!Intégration veut dire s’intégrer, mais comment s’intégrer dans un groupe avec lequel on ne peut communiquer et qui ne comprend pas les besoins ou difficultés.même lorsqu’il y a un interprete ou un interface, le temps de traduire et…c’est trop tard pour réagir et échanger avec les autres participants.merci de m’avoir lu

    • Miel

      Je suis entièrement d’accord avec vous,j’ai été une enfant sourde qui a vécu l’intégration mixé à l’école primaire (intégration sauvage le matin,c’était hyper dur,je n’avais personne pour m’accompagner…c’était la mode en fin des années 70,dans cette école on mettait les enfants en intégration individuelle le matin et regroupée dans une classe spécialisée l’après-midi,j’ai pu comparer,et c’était complètement oraliste),c’est pourquoi je dis que l’intégration individuelle est une forme de maltraitance et ma volonté d’interdire cette pratique(surtout à l’école)…

      Plus tard,après avoir fait le collège en institut pour sourds où les collègiens sourds avaient leurs classes dans un collège ordinaire dont j’ai bénéficié le système bilingue,je l’ai quitté pour des raisons personnelles,mes parents ne voulant pas que je m’intègre individuellement dans un lycée ordinaire (ils ont raison),j’ai été lycéenne particulière(j’ai fait mon lycée avec la CNED et l’intervention privée des professeurs chez moi ou chez eux car il n’y avait pas dans le département un dispositif accueillant des collègiens et lycéens sourds),pour mieux préparer à l’examen,j’allais également au lycée privé faire le bac blanc qui avait lieu tous les mercredis.C’était vraiment très spécial car dans ce département,il n’y avait ni interface ni interprète pour m’accompagner,il n’était pas question que ma mère arrête de travailler pour m’accompagner.

      Après avoir déménagé et commencé à travailler,suite à une proposition par l’organisme qui prend en charge les chômeurs sourds,vécu deux formations pour adultes où j’étais la seule sourde du groupe,la première s’est très bien passé car il n’y avait pas la lourdeur de quantités de matières à apprendre et les interfaces étaient excellents par contre pour la deuxième,bien que j’étais accompagnée par ces mêmes interfaces,le soir, j’étais cérébralement trop fatiguée pour faire du travail à domicile,le burn-out quoi!…car il y avait trop de choses à assimilier dans trop de matières,c’était trop lourd…

      Et bien sûr que j’ai observé le travail des interfaces et interprètes,c’est très fatiguant aussi,quand ils sont fatigués,ils peuvent mal traduire,se tromper de signes ou traduire incomplètement,c’est normal…ces gens là ne se rendent pas compte de l’ampleur des efforts que font les enfants et les accompagnants.D’ailleurs,ça a mené au dégoût de l’école de mon amie d’enfance,Valérie dont ses parents ont fait un choix d’une intégration sauvage et l’ultraoralisme…

      C’est pour cette raison que je veux rendre OBLIGATOIRE l’intégration regroupée,ça doit être le minimum obligatoire et je suis partisane d’une éducation bilingue,où on regroupe des sourds dans un établissement ordinaire avec un co-enseignement ou un enseignement spécialisé,ça coûterait beaucoup moins cher à l’état et vu qu’il y a un problème de nombre d’interprètes ou interfaces dans notre pays,le regroupement ne serait pas une mauvaise chose,recruter des accompagnants pour l’intégration individuelle coûte plus cher que l’intégration regroupée!.

      sourdialement

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.