Conférence sur la surdité

0
87
La conférence donnée par Stéphanie Jacob a rassemblé quelque 80 participants parmi lesquels René Magny, président national de l’AMI, Christine Vouillon et Luc Chevalier, adjoints au député-maire, Marie-Thérèse Thomas, conseillère municipale déléguée et des représentants d’associations.

Le Printemps du handicap initié par l’association AMI 71 bat son plein. Dans ce cadre, Anne Gobet, directrice du Foyer La Chevanière et la ville de Charnay ont proposé, lundi soir, une rencontre-débat, dont le thème « Être sourd : d’une déficience à une réalité linguistique », a rassemblé un public nombreux à l’Espace La Verchère.

Stéphanie Jacob, maître de conférence à l’Université de Poitiers y a longuement abordé l’histoire de la surdité en s’attardant sur le congrès de Milan en 1880. Un congrès au triste souvenir. Les professionnels de la surdité qui s’y étaient réunis décidèrent de la suprématie de l’oralisme sur la langue des signes, purement éradiquée dans les écoles. Ceux-ci devraient parler comme les entendants. La communication gestuelle disparut alors et les sourds devinrent la cible d’une répression qui dura jusqu’à nos jours. Une histoire longue et douloureuse. Bernard Mottez, sociologue entendant réputé, dédiera la plus grande partie de ses recherches à la communauté et à la langue des sourds français contribuant à la reconnaissance institutionnelle de la LSF (langue des signes française) un siècle plus tard. Aujourd’hui encore, la scolarisation des enfants sourds ne va pas de soi. Aussi, le rôle des associations est primordial pour les parents qui se sentent désarmés. […]. Un large échange argumenté a clôturé cette rencontre enrichissante.

Source : http://www.lejsl.com © 19 Avril 2012 à Charnay-les-Mâcon

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.