Emmanuelle Laborit, inlassable militante de la langue des signes

0
61
Emmanuelle Laborit était aux Studio jeudi et vendredi.

Si elle n’entend pas, Emmanuelle Laborit sait se faire entendre, comme elle l’a démontré deux jours durant aux Studio, à Tours, où le Cinéma national populaire l’avait invitée. Que ce soit face à des adultes, des écoliers de l’ Institut de rééducation et d’éducation pour la communication, l’ouïe et la vue (Irecov) ou des lycéennes, cette comédienne et militante a insisté pour dire que la langue des signes est une culture ouverte à tous, avec sa dynamique, ses différents registres de langue. « Il existe une grammaire, une syntaxe propre qui remonte à l’origine des temps, à la première rencontre entre deux sourds. Le premier à avoir compris qu’il s’agissait d’une langue est l’abbe de l’Epee », explique-t-elle par la voix de son interprète.

Pas seulement pour les sourds

Précieux outil de communication, cette langue a pourtant été interdite pendant un siècle quand le jacobinisme ne voulait entendre que le français. La reconnaissance n’est venue qu’en 2005, avec une loi. Un grand pas, certes tardif, mais qui ne suffit pas à lever toutes les barrières. Comédienne récompensée d’un Molière pour « Les Enfants du silence », Emmanuelle Laborit se bat depuis 2007 pour diriger l’International Visual Théâtre, à Paris, un lieu ouvert aussi aux autres arts gestuels. Elle s’offusque lorsque les pouvoirs publics la renvoient vers le ministère de la Santé. Même exaspération face au discours «réparateur», médical. 900 adultes y viennent chaque année pour apprendre les bases de la langue des signes avec des enseignants tous sourds. Des parents d’enfants sourds y viennent, mais pas seulement. « La langue sert aussi par exemple aux entendants qui ne peuvent pas parler, aux personnes accidentées. Beaucoup de kinés s’aperçoivent qu’il s’agit d’une très bonne rééducation après un accident aux poignets. Autre exemple, pour les bébés entendants pas encore capables de parler. » Toute une culture, en effet.

Source : http://www.lanouvellerepublique.fr © 7 Novembre 2011 à Indre et Loire

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.