La langue des signes s’apprend aussi à Bayeux

0
72

Pour la deuxième année consécutive, Bayeux animations loisirs propose des cours pour apprendrele langage des signes. Pas simple mais tellement utile pour communiquer avec les malentendants.

Pourquoi ? Comment ?

Pourquoi l’association a-t-ellemis en place ce cours ?

Pour mieux communiquer avec les personnes malentendantes. « Nous avons appris que plusieurs personnes souffrant de problèmes d’audition souhaitaient s’inscrire dans notre association, explique Jacqueline Alexandre, présidente de Bayeux animations loisirs. Le problème, c’est qu’elles n’osaient pas franchir le cap par peur d’être confrontées à des problèmes de communication. »

Aujourd’hui, ce cours existe depuis deux ans. Il est dispensé chaque mercredi, à 17 h 30, dans les locaux du Bal (2, rue impasse du Stade à Bayeux). Dans le rôle du professeur : Jean-Marie Ledolley, lui-même malentendant, et titulaire d’une formation pédagogique suivie durant quatre mois à l’Académie des langages des signes.

Est-il facile d’apprendrece langage ?

Le cours est un peu déstabilisant lorsque l’on y assiste pour la première fois. Comme toutes les langues, son apprentissage demande donc un peu de temps et du travail. « Grosso modo, il existe deux types de langages de signes, explique Jean-Marie Ledolley. Un premier, dit classique ou typique, celui des sourds qui est par exemple enseigné aux personnes qui se dirigent vers le métier d’interprète. » Ce n’est pas celui-ci qui est abordé dans l’association mais la langue des signes dite « internationale ou théâtrale ».

« Elle est considérée comme étant beaucoup plus logique car elle fait plutôt appel au corps », reprend Jean-Marie Ledolley. Elle mêle gestes et paroles. Sa compréhension est plus abordable pour une personne non initiée. « Pour dire le mot « bébé », par exemple, on effectue le geste du bercement avec ses deux bras », illustre Jean-Marie Ledolley.

Qu’apprend-on durant le cours ?

Il se décompose en plusieurs parties. L’une d’entre elles consiste à assimiler la dactylologie. Autrement dit : l’alphabet des sourds et muets. Son avantage ? « Lorsqu’une personne sèche sur un signe pour exprimer un mot, elle peut ainsi le décomposer en l’épelant avec les lettres de cet alphabet », glisse Jean-Marie Ledolley. Des mises en situation sont également proposées durant le cours. Exemple d’exercices : « J’écris une phrase aux élèves. À eux alors de se débrouiller pour la traduire. »

Comment ce cours va-t-il évoluer ?

S’il apparaît difficile de s’inscrire à cet apprentissage en cours d’année, les autres élèves ayant déjà assimilé un certain nombre de notions, les personnes souhaitant y participer seront les bienvenues à la rentrée de septembre prochain. « Nous avons pour projet de mettre en place une nouvelle formule, annonce Jean-Marie Ledolley. En fonction du nombre d’inscriptions, nous serons amenés à former des groupes par niveau. »

Chaque mercredi, à 17 h 30, locaux du Bal (2, rue impasse du Stade à Bayeux) Renseignements complémentaires au 02 31 22 90 89.

Source : http://www.ouest-france.fr © 16 Février 2011 à Bayeux

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.