Au pays des sourds

0
Stéphane Onfroy, président de l'association Viscore, Diogo grilo, performeur portuguais de S'J (Sign'J), Tim Bonham-Carter (DJ'S TBC) et Virginie Lasilier, secrétaire de l'association.

S’aventurer au pays des sourds, c’est entrer dans un monde étrange, où les mots sont des gestes et les bruits des vibrations. Le concert du collectif Viscore nous en ouvre la porte.

Faire exister la communauté sourde et rendre accessible la langue des signes aux entendants, ainsi que projeter la réflexion dans l’avenir: voilà l’objectif de Viscore, une association de la région parisienne, créée il y a deux ans. Viscore (contraction de visuel et de score, au sens de dépassement de soi), organise des concerts, où les mots slamés, les gestes dansés ou signés et les images permettent d’entamer une communication entre sourds et entendants.

Voir la musique 

Une communion festive et réflexive. Ils créent ainsi le concept de «Vusic», où jouir de la musique ne passe pas nécessairement par l’ouïe mais aussi par la vue. «Nous voulons, par notre démarche, favoriser les échanges culturels entre deux mondes en apparence non conciliables, jouir de la musique sur un pied d’égalité, par l’alliance du son et de l’image», assure Stéphane Onfroy, président de Viscore. Voir la musique est un concept que le croisement des disciplines rend possible. «Le langage des signes exprime en gestes ce qui est projeté en images sur l’écran. La musique peut être écoutée ou ressentie de diverses façons, que l’on soit sourd ou entendant, grâce aux vibrations des basses», ajoute Stéphane Onfroy.

Projet inédit 

Si ce projet a vu le jour, c’est aussi pour pallier des lacunes sociétaires. «Certes, des associations comme la nôtre peuvent voir le jour, et une charte reconnaît le droit pour les enfants sourds au bilinguisme dans les écoles. Cependant l’Éducation nationale reste encore assez frileuse quant à embaucher des professeurs eux-mêmes sourds. Il est pourtant indispensable que ces enfants aient un référent auquel ils puissent pleinement s’identifier», souligne Stéphane. Et de conclure qu’«art et militantisme s’alimentent. Est-ce que les entendants peuvent comprendre qu’être sourd est une richesse? On se nourrit les uns les autres». Pratique Concert performance, ce soir à 23h, place du festival. Entrée libre.

Source : http://www.letelegramme.com © 26 Aout 2011 à Douarnenez

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.