La première résidence pour personnes sourdes sort de terre rue Jean-Massieu

0

Hier matin, un cortège d’élus et de représentants du bailleur social LMH ont visité le chantier de la résidence pour déficients auditifs, en construction sur un terrain jouxtant la rue Louis-Braille. Au printemps 2012, les premiers locataires pourront s’installer dans ce qui s’annonce pour le moment comme une construction inédite en France.

Alain Cacheux, président de LMH, aux côtés d'Alain Rabary et Marc Godefroy pour saluer cette initiative.

Pour comprendre l’origine du projet, il faut remonter quelques années en arrière. Au cours d’un banquet de l’IRPA, l’Institut de réhabilitation de la parole et de l’audition implanté depuis des décennies à Ronchin, le maire, Alain Rabary, discute avec René Dekemel. La premier a été enseignant et a dirigé la structure pendant 35 ans, le second, Ronchinois pure souche, l’a fréquentée pendant de longues années.

Philantrope

Issu d’une lignée d’agriculteurs propriétaires terriens dans la commune, René dispose encore de vastes parcelles désormais inutilisées. Plusieurs promoteurs immobiliers lui ont déjà dressé des ponts d’or pour se les octroyer. Mais René a une autre idée en tête. Il veut faire quelques chose pour les sourds. Et c’est au cours de ce repas que la solution va apparaître, limpide, « alors qu’on n’avait pas encore bu », sourit Alain Rabary. Dans la foulée, René a cédé gratuitement une parcelle de 4 000 m² à la municipalité qui s’est chargée d’y faire sortir de terre un ensemble de logements spécifiques réservés aux personnes déficientes auditives.

Hier matin, les deux hommes savouraient à sa juste valeur l’avancée des travaux. Car si les tractations, en coulisses, ont duré plusieurs mois, le projet est désormais bien concret, piloté par le bailleur social LMH qui fait ainsi une entrée remarquée dans la commune.

La visite de chantier a amené la cinquantaine de personnes présentes à découvrir l’intérieur de ces 22 logements (quatre collectifs et dix-huit individuels). Référencés « Très haute performance énergétique », ils font la part belle au bois, mais pas uniquement pour des raisons environnementales. Tout, ici, est étudié pour favoriser la vue et le toucher. Les sols en bois produisent des sons sourds sous les pas et des vibrations auxquelles sont sensibles les personnes malentendantes. Des flashs (qui indiquent qu’on sonne à la porte par exemple) seront installés dans chaque pièce.

Les cuisines, de type américain, seront ouvertes sur le salon et des mezzanines permettront également de voir une partie des étages, le tout pour faciliter une communication visuelle et gestuelle.

À Amsterdam, déjà

Au pied des maisons, MM. Depont, président de l’association Santé, Potier, président de l’amicale des anciens élèves sourds de Ronchin, et Ramez, de la fédération nationale des sourds de France, ne cachaient pas leur satisfaction. « Nous avions beaucoup discuté avec d’autres sourds de ce quartier spécifique, indiquent-ils. Nous avions vu un projet de ce genre à côté d’Amsterdam, aux Pays-Bas, nous voulions développer la même idée. Beaucoup de personnes sourdes ont un logement, mais elles s’y sentent souvent isolées. Ici, dans ce quartier, elles ne s’ennuieront pas, elles pourront communiquer ensemble. C’est une très grande fierté. » Plusieurs demandes de logements ont déjà été adressées à LMH. Les premiers occupants devraient pouvoir s’installer en avril 2012 dans cette nouvelle rue qui porte déjà le nom de Jean-Massieu, ancien directeur de l’école des sourds de Lille. Alain Rabary et René Dekemel, qui se sont inscrits dans ses pas, y tenaient. C’est fait.

Source : http://www.lavoixdunord.fr © 24 Septembre 2011 à Villeneuve d’Ascq

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.