Une famille de malentendants

0
70

Amicale silencieuse

Jeanine et Marie Ahn, petites-filles du fondateur.

L’amicale Silencieuse de Verviers a été créée en 1948 par Joseph Ahn, le grand-père de Jeanine, actuelle présidente de l’association, et sa sœur Marie.

“ Il était lui-même sourd, explique Jeanine. Il y a en effet un problème de surdité héréditaire dans notre famille. Une malformation de l’oreille interne dont sont atteints, à des degrés divers, la majorité de nos membres ”.

Joseph était fermier et s’il avait eu des problèmes à l’école, il travaillait en solitaire dans sa ferme et sa surdité ne le handicapait pas.

“ Mais quand ses fils, sourds également, sont devenus grands, ils sont allés en classe à Bruxelles. C’est pour les sortir de leur isolement, les aider à entrer en contact avec d’autres, près de chez eux, trouver des solutions communes à leurs problèmes, que notre grand-père a créé l’amicale ”.

À l’époque, les réunions se tenaient dans un café de Dolhain. L’association dispose maintenant d’un local, rue Fontaine-au-Biez à Heusy.

Aujourd’hui, l’association existe toujours, elle fait partie de la Commission consultative communale de la personne handicapée de la Ville de Verviers. Et la présidence est restée dans la famille qui porte l’Amicale à bout de bras.

“ Il est hors de question que notre amicale disparaisse, soutient Jeanine Ahn. Mais nous n’avons plus que 34 membres, dont deux enfants seulement. La plupart sont des personnes âgées ”.

L’Amicale organise régulièrement des manifestations, elle tient des réunions et des animations chaque semaine. Elle dispose d’un local cédé par la ville de Verviers. “ Un endroit convivial, avec plaine de jeux pour les enfants ”

“ Aujourd’hui, les personnes sourdes rencontrent beaucoup moins de problèmes. Elles sont moins isolées. Les jeunes sont beaucoup mieux intégrés à l’école, dans les clubs de sports… ”

L’Amicale a pourtant toujours sa raison d’être. “ S’il n’y a que 34 membres, il y a beaucoup plus de personnes malentendantes, mais qui parfois se cachent, refusent leur handicap. Pour sortir de leur isolement, toutes ces personnes peuvent nous rejoindre ”

Jeanine et Marie Ahn, petites-filles du fondateur.

Source : sudpresse.be © 16 Septembre 2011 à Belgique

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.