La fête au bout des doigts

0
74

Grâce à Christine Settbon, le discours d’ouverture de la Feria était, pour la première fois, accessible aux sourds et malentendants.

Un seul et beau geste qui symbolise l’union de tous les festayres.

C’est un événement qui serait presque passé sans faire de bruit. Pourtant, c’est une grande première qui a eu lieu, il y a quelques jours, à Dax. Le 11 août dernier, réunis devant la mairie, des milliers de festayres, en rouge et blanc, ont fait connaissance avec Christine Settbon. Une connaissance virtuelle. Coincée dans un coin de l’écranant, cette Amolloise de 50 ans avait une attitude pour le moins étrange. Et peut-être que certains se sont demandés pourquoi elle s’agitait de la sorte. « Il faut faire passer l’idée par le regard, la gestuelle. La position du corps joue beaucoup. C’est un peu comme du mime », explique Christine Settbon. Une explication s’impose. Pour la première fois de son histoire, la Feria s’est ouverte à ce que l’on appelle communément le monde du silence. Le discours d’ouverture du maire a, en effet, été intégralement traduit en langue des signes.

Accessible à tous
Restauratrice à Amou – un établissement qui a été le premier à obtenir le label Tourisme et handicap dans les Landes – Christine n’est pas une interprète officielle. Intriguée par ce mystérieux langage, elle décide, en 2004, de suivre une formation de trois mois pour pouvoir communiquer avec les personnes sourdes et malentendantes.

« Personne dans ma famille ne souffre de ce handicap. Du coup, tout le monde me demande pourquoi j’ai choisi cette langue. Il y a des tas de gens qui apprennent l’anglais et qui ne mettront jamais un pied en Angleterre. On ne leur demande rien à eux ! » dit-elle dans un grand éclat de rire.

Au début du mois d’août, elle est contactée par un membre de la commission des fêtes populaires de la ville de Dax. « Mon père souffrait de ce handicap. C’est tout naturellement que l’idée m’est venue afin de rendre le discours accessible à tous », déclare Jean-Christophe Happe en charge de la cérémonie d’ouverture.

Désistement
Lancée lors de la précédente Feria, en 2010, l’initiative avait dû être abandonnée suite au désistement de la traductrice, quelques heures avant le début des fêtes. Cette année, pas de place pour l’improvisation. Quelques jours avant la date fatidique, Christine Settbon se rend dans un studio d’enregistrement situé près de la gare de Dax. Sans trop de préparation. « J’ai reçu le texte à 11 heures et je passais devant les caméras à 15 heures. Entre-temps, je me suis occupée de mon restaurant et du service de midi. Inutile de vous dire combien j’étais paniquée. J’avais peur de ne pas être à la hauteur. Il y a eu quelques problèmes de vocabulaire mais j’ai réussi à reproduire l’essence même du discours », se souvient-elle.

Les sourds représentent 8 % de la population et sont souvent les grands « oubliés » de notre société. Même si elle n’est pas vraiment convaincue par sa prestation, Christine est heureuse de les avoir représentés. « Je me suis dit que je n’avais pas appris cette langue pour rien », sourit-elle. Désormais, à Dax, la Feria est vraiment accessible à tous. À bon entendeur !

Source : http://www.sudouest.fr © 27 Aout 2011 à Dax

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.