La scène sans son se répète

0
86
Les neuf acteurs de la pièce sont sourds ou souffrent de troubles du langage.

Société Des élèves de la Persagotière vont jouer une pièce sans paroles

Dernière ligne droite à La Persagotière. L’atelier théâtre de l’institut de Pirmil, où sont scolarisés 160 enfants sourds, malentendants ou souffrant de troubles du langage, est en pleines répétitions de « Vibrations ». La pièce, qui sera jouée en juin au « Printemps théâtral des collèges » de Guérande, a la particularité de ne pas avoir de textes. Pendant vingt à vingt-cinq minutes, ses neuf acteurs – des ados de 12 à 15 ans – ne communiqueront donc que par le biais de leurs corps, sur une musique instrumentale.

Une pièce « accessible à tous »
« De cette manière, elle est accessible à tous », explique Fabrice Charbonneau, co-metteur en scène de cette pièce, qui raconte la tentative d’intégration – ratée – d’un monde dans un autre qu’il ne connaît pas. « Au final, les deux mondes auront quand même appris à se connaître », relève ce prof de 37 ans. Toute analogie aux relations entre sourds-entendants n’est, bien évidemment, pas fortuite… Elle pourrait faire réfléchir, en tous cas, la quinzaine d’autres troupes de collégiens « ordinaires » attendues à Guérande. « On ne voit plus le handicap quand on voit un beau spectacle », estime Fabrice Charbonneau. « Mes élèves, eux, y gagnent en confiance et en fierté. »

Source : http://www.20minutes.fr © 29 Avril 2011 à  Nantes

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.