Le quotidien des sourds

0
65
En complément du dossier du 30 septembre sur les sourds et malentendants, lisez le portrait de Peggy, 33 ans, infographiste, mère d’un jeune garçon et qui communique avec son entourage en langue des signes.

Peggy, Grégory et Titouan parlent en langue des signes.

Samedi après-midi, à Chelles, en banlieue est de la région parisienne. Peggy et son mari Grégory discutent du prochain voyage professionnel de ce dernier en Arabie Saoudite. Titouan, leur fils de deux ans, dessine par terre. Grégory parle à voix haute tout en faisant des signes de la main. Peggy répond en langue des signes. Cette jeune femme de 33 ans est sourde depuis l’âge d’un an, probablement dû à sa naissance prématurée et peut-être à ses otites à répétition quand elle était bébé.

Aujourd’hui, elle mène une vie tout à fait normale. Elle travaille comme infographiste et comme enseignante de langue des signes, après avoir été assistante maternelle pour enfants sourds. Elle conduit, élève son enfant, et évolue dans le monde des entendants, avec lesquels elle communique souvent en mimant son propos.

Pourtant, son parcours n’a pas toujours été facile. Née à Cherbourg, elle est tout d’abord scolarisée dans une école ordinaire, avec son frère et sa sœur, tous les deux entendants. Puis la famille s’installe en région parisienne pour permettre à Peggy d’intégrer une école pour déficients auditifs. Elle y apprend la langue des signes. Mais quand cette école spécialisée décide de passer à l’oralisation, en imposant le langage parlé aux enfants sourds, elle change d’établissement. Elle retourne en milieu ordinaire, avec un groupe de camarades sourds, supervisé par une orthophoniste.

Université Gallaudet

Elle poussera ses études jusqu’au BEPC. A l’école, elle cherche la compagnie de pairs entendants « pour changer ». Plus tard, elle fera la connaissance de Grégory dans le bus, tout simplement. Au début, ils communiquent en écrivant, puis assez rapidement, Grégory apprend la langue des signes. Aujourd’hui, leur fils est bilingue : français oral et langue des signes.

Au début des années 2000, Peggy rejoint Grégory au Canada pour quelque temps. Là-bas, elle découvre un monde tout à fait nouveau. Les sourds sont totalement intégrés dans la vie ordinaire, avec des interprètes en langue des signes pour les accompagner dans leur quotidien (notamment aux urgences et dans les écoles). Elle découvre la culture, les informations, autant de domaines auxquels elle n’a pas accès en France. Elle reprend des études pour se « remettre à niveau ». Elle rend hommage notamment à l’existence de l’université Gallaudet aux Etats-Unis, qui dispense l’intégralité de ses cours de niveau universitaire exclusivement en langue des signes.

De retour en France, elle se réjouit de l’arrivée des nouvelles technologies dans sa vie. « Avant, je demandais à mes parents de téléphoner pour moi. Mais pour les conversations intimes, c’était difficile. Il y avait le Minitel, mais ça coûtait cher. Aujourd’hui, vive Internet et vive le téléphone portable (pour les SMS) ! »

Source : http://www.reforme.net © 30 Septembre 2010

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.