Lancement d’un dictionnaire national de langue des signes

2
59
Chaque communauté sourde emploie une langue des signes spécifique. Un sourd suisse-allemand ne comprend pas un sourd suisse romand.

La Fédération suisse des sourds présente demain l’aboutissement d’un travail de longue haleine: un lexique de signes dans nos 3 langues nationales.

Demain, à Zurich, la Fédération suisse des sourds (SGB-FSS) présentera le résultat d’un gros travail, mené depuis plusieurs années. Il s’agit d’un lexique de langue des signes de 3 000 mots au total. Particularité: il est multilingue. Le thesaurus compte en effet 1 000 mots de la langue des signes française (LSF), de la langue des signes suisse-allemande (DSGS) et de la langue des signes suisse-italienne (LIS).

En ligne le 30 avril
Attendu depuis longtemps par la communauté sourde de Suisse, ce lexique sera présenté demain à Zurich, puis à Lugano (18 avril) et enfain à Lausanne le 26 de ce mois. Et dès le 30 avril, ce dictionnaire sera consultable en ligne. Il sera ensuite enrichi au fur et à mesure.
Le projet vise à offrir à un large public la possibilité de prendre un premier contact avec la langue des signes, explique la FSS. Il s’adresse aussi bien aux écoles, aux spécialistes qu’à toute autre personne intéressée.

Lexique de signes suisses-allemands
En 2008, des étudiants de l’école de maturité professionnelle de Berne avaient mis sur pied un lexique des signes. Celui-ci ne présentait toutefois que des signes suisses-allemands.
Contrairement aux idées reçues, la langue des signes n’est pas universelle. Elle présente, tout comme les autres langues, des différences nationales et régionales. Ainsi, un sourd nippon et un sourd américain ne se comprennent pas. Il en va de même pour chaque communauté sourde autochtone.

Sourde incompréhension entre pays
Mais, comme les langues latines qui présentent des similarités entre elles par exemple, certaines langues des signes sont plus proches entre elles que d’autres. Ainsi, après quelques ajustements, un sourd espagnol et un sourd français ont toutes les chances de se comprendre car les signes développés par chaque communauté sourde sont culturellement proches. Mais en général, le signe utilisé pour exprimer la même idée sera différent en Italie, en Allemagne ou en Suisse alémanique. D’où l’importance de la création de ce lexique.

Pour en savoir plus:

Emission « Signes », « Sourds et fiers de l’être »

– TSR 1 Samedi 30 avril 2011 à 8h55
– TSR 2 Dimanche 15 mai 2011 à 11h25

Source : http://www.tdg.ch © 14 Avril 2011 à Suisse

2 COMMENTS

  1. J’ai été à l’inauguration du E-dictionnaire mis en place par la Sgb-fss et je trouve que ‘est vraiment une belle avancé pour tous. Que ce soit les personnes entendantes qui s’intéresse à apprendre la lsf, les parents d’enfants sourds ainsi que leurs enfants, les personnes âgées sourdes qui peuvent ainsi se mettre au goût de jour facilement etc… Et puis il y a possibilité de donner son avis pour les signes qui ne sont pas encore homologué… Il est facile de passer d’un signe en français à la traduction suisse-allemande par exemple… C’est vraiment bien conçu et pensé pour tous…. En tout cas BRAVO!!! et MERCI

  2. je suis interprete au pres de la communaute sourde w d oran pays d algerie j adresse un message a toute la communaute sourde du monde entier et cela a travers la federation que il est imperative de regrouper toute les communaute pour pouvoir defendre les plus faibles

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.