Le combat d’une mère pour son fils sourd

5
254

Catherine Vella, 47 ans, a trois enfants dont un sourd profond, Vincent. Diagnostiqué sur le tard, au terme d’un parcours du combattant, le garçon est scolarisé dans un établissement spécialisé à Champs-sur-Marne. Sa mère a décidé d’aller de l’avant en créant une association, Deux mains pour s’entendre, pour apprendre aux Montreuillois la langue des signes.

Deux mains pour s’entendre a vu le jour en juin 2010. L’association créé par Catherine Vella, mère de Vincent sourd profond, s’est donnée pour but d’ouvrir les Montreuillois à la langue des signes. Début 2010, l’initiation commence avec les enfants de l’école Berthelot où est scolarisé le garçon. Ils apprennent vite. Six mois plus tard, en fin d’année scolaire, les élèves « signent » une chanson et la maîtresse une comptine. A Montreuil, son initiative fait mouche auprès des parents et des autres enfants. Si bien que des cours pour adultes sont ouverts, une fois par semaine. « Le premier était rempli » , se souvient Catherine. Un deuxième créneau horaire est vite mis en place. Au centre de loisirs, la mère de Vincent fait venir une animatrice « payée par l’association », pour raconter des histoires en LSF aux petits.

Le succès est au rendez-vous mais laisse un goût amer à Catherine. Son fils a dû changer d’école. Il est maintenant pris en charge dans un établissement spécialisé, en dehors du département. « Le problème des sourds du 93, c’est qu’ils sont scolarisés ailleurs. » Et lorsque Catherine a voulu apprendre la langue des signes, la difficulté a été la même : « La Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) n’y connaît rien. Il a fallu se débrouiller tout seul.»

Un rude apprentissage

Vincent a été diagnostiqué sur le tard. « C’était un enfant très communicatif, se rappelle sa mère, mais il ne réagissait pas aux bruits forts. » Une anomalie qui la pousse à consulter un ORL. « On est tombé sur des incompétents. » Un audiogramme, est pratiqué sur l’enfant. Les résultats sont bons… mais trompeurs. « Vincent a développé de grandes facultés visuelles pour compenser sa surdité, ce qui a faussé les résultats. » Les parents décident alors de consulter leur médecin généraliste qui les renvoie vers l’hôpital Trousseau. Peine perdue. « Le discours était terrifiant. » Ils l’amènent alors chez un psychologue. Toujours pas de résultat. Vincent rentre à la crèche. Dix jours plus tard, ils sont convoqués par la directrice. « Elle nous a dit que Vincent n’entendait pas. Il a été officiellement dépisté à deux ans et demi.»

Le plus dur commence : comment communiquer avec cet enfant ? On propose aux parents deux solutions: obliger Vincent à lire sur les lèvres, méthode dite de l’oralisation, ou opter pour la langue des signes. Ce sera la LSF. « Il nous fallait apprendre, vite. » Les aides financières ? Zéro. Les cours intensifs sur Paris ? Trop cher. Il y a bien une association à Sevran qui donne des cours à Bondy et dans le 93, mais seulement une fois par semaine. C’était trop peu pour les parents de Vincent. « On a pris des bouquins et on a fait des économies pour faire des stages. » A l’école, malgré l’institutrice « fabuleuse » , Vincent s’isole. « Il était en détresse. » Aujourd’hui scolarisé dans un établissement spécialisé, le petit garçon de quatre ans s’ouvre au monde. Le plus beau cadeau pour sa mère qui continue son combat pour que les sourds puissent mener une vie normale.

Prochains défis pour Catherine et son association : mettre en place des cours signés à la bibliothèque, lancer des cours bilingue langue parlée/LSFavec des comédiens locaux et organiser un café-signes, une rencontre entre entendant et sourd, en juin. Deux mains pour s’entendre est aussi en contact avec un club de judo de Montreuil qui accepterait de donner des cours aux enfants sourds le samedi après-midi. Le projet en est à ses balbutiements, mais pour des enfants coupés du monde et des activités les plus basiques, c’est déjà un grand pas en avant.

Association Deux mains pour s’entendre
Mail : deuxmainspoursentendre@gmail.com
Tel : 06 63 85 85 06
Le blog de Catherine Vella : http://vincentmonamoursourd.over-blog.com

5 COMMENTS

  1. Vous m’avez beaucoup émue pour votre combat pour votre fils Vincent. Suis mère, sourde de naissance. J’ai habité à Montreuil pendant 7 ans. Maintenant, j’habite dans une autre ville toujours dans le 93 ; travaillant dans le 93. Je vous dis « bravo ». Je sais que ce n’est pas facile. Continuez votre combat pour votre fils. C’est l’amour d’une mère que je vois.

    Cordialement.

  2. bravo!vous etes combative pour votre fils vincent!je salue que vous etes courageuse et vous pensez l’avenir de vincent comme les autres!je vous souhaite bonne continuation et bon courage.Ne jamais abandonner

  3. Bonjour,
    je suis moi-même maman d’enfant Sourd et connaîs se combat interminable et se manque de compréhension de la part des institutions telle que la MDPH, l’éducation nationale et les écoles oralistes. Je vous souhaite bien du courage et vous félicite pour votre combativité. Bonne continuation.

  4. Bonjour, je suis entendante mais je vous soutiens et je souhaiterai vous aider dans le combat pour votre fils. J’habite Montreuil et j’aimerai vous rencontrer (si possible) pour discuter de vos projets.
    Disponible le soir ou les lundis.
    A tres vite
    Pauline

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.