L’association des sourds a fêté ses 60 ans

0
33

L’envie de partager de l’association Anj’Sourds était manifeste, lors de son assemblée à Avrillé.

Cette fête de l’Anj’Sourds a réuni ainsi environ 400 personnes venues de toute la France, dans le but de « montrer la culture sourde », insiste le président Jean-Claude Boursin. Expositions, théâtre et banquet, mais surtout des échanges à foison ont articulé les temps du week-end.

Le président explique cet engouement : « Les sourds sont heureux de se retrouver car toute la semaine, ils sont en immersion avec les entendants. De plus, c’est l’occasion pour nous d’affirmer que les sourds investissent dans le culturel. »

Un événement culturel

À ce titre, des stands, une exposition d’art, une soirée d’animation et un banquet qui a retracé l’histoire du premier président Cyprien Biaggi ont animé les deux journées.

Deux auteurs sourds étaient présents : Patrice Gicquel et André Minguy, ainsi qu’un couple d’auteurs qui écrit pour les enfants. L’unique journal pour les sourdsL’écho magazine, était représenté.

Les spectacles étaient joués en langue des signes, avec la précision que « l’humour des sourds est différent de celui des entendants, car il se rapporte beaucoup à la vie quotidienne », avançait le président.

Une communauté

Ce temps d’échange était donc l’occasion d’affirmer l’existence de cette communauté à proprement parler, ainsi que leurs combats pour leur intégration. « La loi sur le handicap du 11 février 2005 a permis de reconnaître la langue des signes et conforte petit à petit quelques progrès, comme l’emploi facilité d’un interprète dans le milieu de l’entreprise. Les choses avancent, mais l’accessibilité des sourds à la vie sociale et professionnelle n’est pas encore parfaite », expliquait Evelyne Belliard, secrétaire de l’association.

Et le président d’approuver, en plaidant vigoureusement pour l’égalité entre les sourds et les entendants : « Les sourds n’ont pas de déficience intellectuelle. Nous ne sommes pas des handicapés. »

Un autre regard

Le maire Marc Laffineur a insisté sur la richesse de leur culture : « Vous nous apportez beaucoup, et cette somme de différences est précieuse pour nous tous. »Rose-Marie Véron, adjointe à la municipalité d’Angers à la santé et au handicap a soutenu également que « le respect de la diversité est une valeur importante à nos yeux ».

Source : http://www.ouest-france.fr © 03 Avril 2010 à Angers

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.