Rendre la culture accessible à tous

0
57

Associer la danse et le langage des signes était un pari risqué pour Laëtitia.

La jeune artiste la tenu, le résultat est étonnant.

L’accès à la culture est généralement un droit, un plaisir, une évidence. Pour

les personnes handicapées, la réalité est bien différente.

Trop minoritaires pour se faire entendre, elle n’ont pas accès à cette richesse. Faceà cette injustice , des artistes professionnels s’engagent, c’est le cas de Laëtitia, nantaise de 26 ans.

Cheveux mi-longs, silhouette fine, elle danse depuis toute petite. A l’âge de 15 ans elle donne ses premiers cours, une passions naît. Dans le m^me temps, elle commence à s’intéresser à la culture sourde. Petit à petit ces deux passions n’en font plus qu’une.

Innovation artistique

Elle est aujourd’hui animatrice de spectacles qui mélangent deux langages : celui du corps et celui des signes. Pour Laëtitia, cette passion devient un combat: » Les sourds sont trop souvent exclus de notre univers culturel. » Elle confirme  son engagement en 2001 lorsqu’elle rejoint l’ association Cultiv’art qui organise des activités aussi bien pour les sourds que pour les entendants. Laëtitia, danseuse entendante, travaille avec Jean-Marie, comédien sourd. Ensemble, ils montent leurs spectacles. La musique est choisie sur le critère des fortes vibrations (hip-hop, percussion, électro) pour que Jean-Marie puisse danser. Le but étant que « la poésie transparaisse, sur scène, par notre corps », raconte Laëtitia avec passion.

Deux mondes se rencontrent

Dans sa démarche, totalement innovante  dans ce milieu professionnel, Laëtitia se considère plus comme une artiste que comme une représentante du handicap « Je veux rendre la culture accessible à tous », clame-t’elle. Ses spectacles poétiques sont accueillis avec surprise par le public, mais tous sont unanimes pour dire que cette approche de l’art permert la découverte et l’évasion. A chaque représentation, les deux mondes se rencontrent avec joie et émotion. Les thèmes des spectacles abordent les sentiments humains de la vie quotidienne comme la fête, la passion, la différence ou encore l’engagement. « La culture sourde a largement sa place dans la culture, affirme Laëtita . Le mélange est possible une fois la barrière de la communication dépassée. »

L’an dernier , Jean-Marie et Laëtitia ont donné une dizaine de représentations à travers la France. Dans leur prochain spectacle, ils seront accompagnés de Cyril, accordéoniste aveugle. Le combat pour la mixité culturelle s’amplifie grâce aux initiatives de ces artistes engagés.

Source : http://www.joc.asso.fr © Mars 2008 à Rezé

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.