Nadine Morano à l’écoute à Metz

0
En visite, hier, à l’Institut national des jeunes sourds de Metz, Nadine Morano a suivi un exercice sur le langage avec Serkan, 13 ans, équipé d’une prothèse auditive implantée.

Le secrétaire d’Etat à la Famille a inauguré, hier, le centre lorrain d’évaluation et de réadaptation en basse audition, projet commun de l’Institut des jeunes sourds et du CHR Metz-Thionville.

Elle claque une chaleureuse bise à cette autre Nadine, professeur spécialisé, tout un exercice sur le langage où les progrès de Serkan, 13 ans, équipé d’une prothèse auditive implantée, sont évidents. Cinq minutes plus tard, elle pose pour la photo sans se faire prier avec une malentendante enthousiaste dans les couloirs de l’Institut national des jeunes sourds (INJS) de Metz-Borny.

A l’heure des discours, la secrétaire d’Etat à la Famille sert du «mon ami Denis Jacquat », au médecin ORL et député UMP, qui a pourtant dû s’effacer devant Jean-Luc Bohl pour tirer l’attelage de droite aux élections régionales, comme on applique un baume réparateur. Quelques minutes auparavant, Nadine Morano, aussi vraie que nature, mettait la main devant la bouche et, dans un geste assuré, improvisait en langue des signes un salut général à l’adresse d’un petit groupe d’enfants en plein travail de reconnaissance sonore. En campagne, Nadine Morano ? Pas du tout, pourrait-elle certifier ! Même si l’agenda de la secrétaire d’Etat rejoint comme par enchantement l’opportunité d’un déplacement de proximité ­ à Metz, en Moselle où se joueront en partie les élections de mars ­ sur son sujet de la semaine : le handicap, à l’occasion du 5e anniversaire de la grande loi éponyme du 11 février 2005. Metz et son institut de pointe de Borny, dirigé par Richard Claudon, fondé il y a un siècle et demi, dans un autre temps «où les sourds étaient mis de côté », comme l’a rappelé Jean-Louis Bonnet, président du conseil d’administration de l’INJS, fier du parrainage d’une ministre lorraine visiblement très concernée par le sujet.

Quatre millions de déficients auditifs

Alors que Nadine Morano et Xavier Darcos ont dévoilé mercredi un plan national «surdité» doté de 52 M€ sur trois ans pour favoriser l’insertion des sourds et malentendants (lire RL de jeudi), l’occasion était belle de faire de la capitale régionale un des bons élèves français en la matière. Distinction méritée tant le Centre lorrain d’évaluation et de réadaptation en basse audition (CLER) propose un soutien pluridisplinaire adapté à l’adulte devenu sourd, entouré aussi bien par des travailleurs sociaux qu’un audioprothésiste en passant par un médecin ORL ou une psychologue.
Pantalon noir, talons hauts, manteau sombre cintré, elle évolue sans peine dans l’univers particulier d’un Institut où fourmillent les compétences. S’arrête quelques minutes, conduite par l’audioprothésiste Clarisse Hassler, sur les innovations techniques actuelles comme ces appareils auditifs équipés d’un adaptateur qui diffusent la musique de votre MP3 ou ces montres vibrantes qui s’enclenchent pour avertir de l’heure d’un rendez-vous. Lorsqu’elle affirme avec vigueur que la majorité parlementaire «veut faire des handicapés des citoyens», Nadine Morano le fait avec conviction, ajoutant que le regard «a (enfin) changé sur les 4 millions de déficients auditifs ». Citant Victor Hugo ­ «qu’importe la surdité de l’oreille quand l’esprit entend » ­ la secrétaire d’Etat à la Famille a démontré qu’elle méritait aussi son titre de secrétaire d’Etat… à la Solidarité.

Source : http://www.republicain-lorrain.fr © 13 Février 2010 à Metz

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.