ASSOCIATION Surdi 30 aide les malentendants

6


Nom :
Surdi 30.
Date de création : 2003.
Nombre d’adhérents : 30. Président : Guy Averous.
Objectif : venir en aide aux personnes malentendantes.
Principales actions : ateliers, accompagnement dans la recherche d’emploi, sensibilisation des bien-entendants, partage des joies et des difficultés.
Contact :
20, place Hubert-Rouger, Nîmes. Tél. 04 66 68 1 7 10 ou 06 16 83 80 51.
Mail. gaverous@wanadoo.fr.

L’association Surdi 30 s’efforce de regrouper les personnes malentendantes et celles qui sont devenues sourdes et de sensibiliser les familles, le corps médical et les entreprises à ce handicap.
Au plan social, l’association cherche à améliorer, par des campagnes d’information régulières

et des opérations de sensibilisation, les conditions de communication entre entendant et mal-entendant, ces derniers entendant plus ou moins bien en fonction de l’environnement sonore, du débit, de la voix et du ton de leur interlocuteur. Ne pouvant tout comprendre, le malentendant fait répéter, ce qui peut agacer, certaines personnes s’imaginant malheureusement souvent que le malentendant n’entend bien que ce qu’il veut, voire ce qui l’arrange. Cette situation, pénible à vivre pour le malentendant, le pousse à s’isoler, alors qu’il aurait besoin d’une aide auditive technique.
L’association, qui accompagne ses adhérents dans la recherche d’emploi, essaie, d’autre part, de nouer des partenariats avec les entreprises, mais sans grand résultat, ces dernières étant fort peuactives.
Surdi 30 propose aussi différents ateliers à ses adhérents : informatique, initiation à la langue des signes, à la lecture labiale, jeux divers, sorties, son objectif étant d’être un tremplin et de proposer des solutions à ses adhérents, et non de les maintenir réunis entre eux.
Enfin, l’association essaie d’obtenir des aménagements pour les malentendants. Elle tente, pour l’instant en vain, de convaincre le Kinepolis d’équiper une de ses salles d’une boucle magnétique ou de diffuser quelques films en version sous-titrée.
Philippe BERJAUD pberjaud@midilibre.com

Source : http://www.midilibre.com © 08 Février 2010 à Nîmes

6 COMMENTS

  1. votre association est formidable
    et c est un espoir pour les jeunes ne pas se trouver seul dans un groupe serait un reve je suis malentendante et binn que mafamille soit tres comprehensible je suis toujours a cote d une conversation et jen aime pas me trouver a affronter le monde

  2. Bonjour me voila age de 11 ans vivant en algerie etant malentenant je me vois deja desespére de cette vie ou je vis seule dans une coquille qui est ma famille depourvu de capacite relationnelle ou de finace pour me pouvoir offrir un monde dont j ai besoin afin vivre le plus simplement du monde a savoir avoir des amis d’ecole j’aime poursuivre des etudes mais je me rtrouve dans une ville ou il ny a meme pas un orthophoniste pour me donner des cours aider moi avec des orientations i

  3. Bonjour,

    Ma mère a perdu une très grande partie de l’audition suite à une maladie. Malheureusement, les soins sont beaucoup trop chers et elle ne peut donc pas se payer des appareils auditifs ou apprendre à lire sur les lèvres. Elle en souffre beaucoup. C’est une femme et une mère exemplaire de enfants et grand mère de bientôt 7 petits enfants. Elle souffre beaucoup de ne pas toujours entendre et ce sent à l’écart par moment.
    Je cherche donc une association qui pourrait me donner des rensignements sur les aides auxquelles elle aurait le droit. Ou une association qui pourrait prendre une partie des frais en charge.
    Je vous remercie par avance et vous laisse mon adresse mail pour me fournir des renseignements complémantaires: FARENQC@YAHOO.FR
    Merci par avance.

  4. bonjour
    je suis maman d’un garçon de 12 ans et il est scolarisé dans une école spécialisé.Mon fils est mal entendant et est implanté avec un bhea et il oralise très bien,la classe de mon fils a une majorité d’ enfant dysphasiques ce qui le pénalise car il se laisse vivre puisque il faut attendre que les enfants es tous retenue la leçon.Je pence a la déscolarisation et lui faire donner les cours a la maison;il a 12 ans et est encore en ce2 cm1Pourriez vous me donner quelques conseils?
    merci par avance.

    • Bonjour madame
      l’implant de votre fils s’appelle le BAHA…il me semble que votre fils est dans une classe ou école inadaptée à son cas,car les enfants dyphasiques ne sont pas sourds et ont des troubles de la parole or votre fils est sourd,le problème est très différent,c’est pourquoi il a pris beaucoup de retard et ce n’est pas normal qu’à 12 ans,il soit encore en CE2/CM1(à son âge,j’étais en 6ème et je suis sourde profonde)..vu son âge,il vaut mieux l’orienter dans une école spécialisée où il n’y a que des sourds (pas d’autres handicaps) et le préparer à l’apprentissage professionnelle(CAP Carreleur,CAP Peinture bâtiment,CAP plomberie…etc),ça le valoriserait et ça vous valoriserait aussi,pour une maman,c’est important de voir l’enfant s’épanouir…Pour donner des cours à la maison,il faut s’adresser au CNED École primaire et que tu l’accompagnes,ça n’est pas mal(j’ai eu mon BAC avec le CNED il y a 18 ans mais nécessiste de l’accompagnement,de faire venir un enseignant à domicile)MAIS votre fils a 12 ans,il a besoin de voir des jeunes comme lui,des sourds.Je suis navrée que l’éducation nationale mette ensemble des enfants dyphasiques et des enfants sourds,ça ne peut pas marcher !.Si vous êtes dans le Gard,il y a deux écoles spécialisées pour sourds qui proposent des CAP ,une à Marseille(les hirondelles) et une à Montpellier (CESDA ),l’école de Saint Hippolyte du fort s’occupe surtout des enfants sourds ayant d’autres handicaps associés.Je pense en tant que maman,que ce parcours serait le plus adapté à son cas,à Montpellier,il y a eu une classe d’adaptation en primaire qui prenait en charge des jeunes adolescents pour la préparation d’entrée au CAP sans entrer par la case collège,j’en connais beaucoup(clin d’oeil à mes anciennes camarades de pensionnat!,je suis une ancienne élève de Montpellier),j’éspère qu’il existe encore ce système qui n’est pas mal!.Amicalement votre,une maman sourde

  5. Bonjour,
    j’ai 43 ans, et souffre d’une otospongiose qui évolue depuis bientôt 10 ans.
    Ma dernière consultation chez l’ORL remonte à 2 ans et la seule solution proposée était l’appareillage.
    Ce que j’ai immédiatement rejetté et je vis depuis sans, mais ma surdité évolue, elle devient de plus en plus difficile à gérer professionnellement et familialement.
    Aujourd’hui je suis à la recherche d’une association, qui regrouperait des personnes ayant une expérience similaire et pourrait ainsi m’accompagner dans mes choix et m’aider dans les bonnes décisions.
    Faut il revoir un autre ORL ? quel type d’appareillage ? professionnellement quelles aides existent ils ?
    J’habite dans le 45 et sur le net je ne retrouve rien dans ce sens.
    J’ajoute que cette pathologie me demande beaucoup d’efforts, de concentration et donc m’épuise beaucoup
    Merci de votre aide précieuse

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here