Signe de reconnaissance pour les sourds

0
44

Dans la catégorie Action citoyenne, l’association sportive des sourds a obtenu un trophée. Elle fêtera ses trente ans d’existence cette année. Grâce à la pratique de la pétanque, ses responsables évitent l’isolement de ses adhérents.

L’association, présidée par Stéphane Dupont, fêtera ses 30 ans en mai. Elle a été créée en 1979.

Sans prétention, et en quelques signes traduits par Emmanuelle Cortier, Stéphane Dupont revient sur son engagement dans l’association sportive des sourds. Il en est devenu le président en 2005. Emmanuelle, qui est appareillée, a pris le poste de secrétaire. « Si nous n’avions pas repris en main l’association, elle n’existerait probablement plus », assure Stéphane.
A l’époque, l’association était sur le point de disparaître, faute de successeur au niveau du bureau. « Quand nous avons appris la situation, nous étions dans un autre club à Arras, raconte la secrétaire. En posant des questions aux joueurs de pétanque (l’activité principale de l’asso), Stéphane a été sensibilisé et il trouvait dommage qu’une telle association disparaisse. Il a alors décidé de la reprendre en main. » Pour une raison simple. Et pour laquelle ils se battent depuis des années : l’isolement. « Trop de sourds ne sortent pas de chez eux et restent seuls, estime la secrétaire. Avec la pétanque, on se retrouve ensemble pour partager, échanger et passer un bon moment. » L’association propose aussi d’autres activités en adaptant notamment des jeux télé pour les sourds. Elle organise également des conférences. « Nous sommes une vingtaine de licenciés sportifs, souligne Emmanuelle, mais lors de la dernière conférence sur les droits des sourds, près de 200 personnes étaient présentes. Beaucoup sont mal informées et nous sommes là pour ça aussi. » Puis, parfois, sourds et entendants se retrouvent. Comme l’année dernière lors d’un tournoi de pétanque avec les adhérents de l’Amicale Colbert. « On n’est pas complètement fermé , tempère la secrétaire, même si on aime avant tout se retrouver entre nous. » Alors ce Plus du bénévolat que l’association va recevoir ce soir, Emmanuelle et Stéphane le prennent comme une reconnaissance. « C’est très rare que les déficients auditifs soient, entre guillemets, regardés, et invités comme une association « normale ». » On y rappellera peut-être leur victoire, sportive celle-là, en septembre en Corse. Un titre en championnat de France chez les femmes. « C’était la première fois que l’association revenait avec un titre, s’exclame Emmanuelle. Et le jour de l’anniversaire du président ! » Un président qui recevra, en juin, la médaille jeunesse et sport de bronze des mains de l’adjoint aux sports, Jean-Joseph Tusa.

Manque d’interprète
en langage des signes
Loin de se reposer sur leurs lauriers, Emmanuelle et Stéphane profiteront de cette soirée pour pointer le manque d’interprètes. Un sujet qui leur tient à coeur et pour lequel ils comptent se mobiliser. « Il faut en parler, le dire aux plus jeunes. Il y a des perspectives d’emplois dans ce domaine », insiste-t-elle.w

Source : http://www.nordeclair.fr © 22 Janvier 2010 à Lille

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.