Les langues signées sont plurielles

0
66

Une idée fausse, mais très répandue, est que les sourd.e.s signant.e.s  se  comprennent  tous  entre  eux, modulo quelques variations dialectales mineures:  il n’existerait qu’une langue signée, internationale, partagée par tous les signants. Cette idée peut se trouver accompagnée de développements généreux tels que la recommandation que tous les entendant.e.s devraient apprendre la langue signée pour que  les humains aient ainsi une  langue d’échange  internationale qui, pour une fois, aiderait à l’essor d’une langue minorisée… Ou de développements moins généreux expliquant que si cette langue peut être internationale, c’est qu’elle est, ‘d’une certaine manière’, plus pauvre ou plus ‘intuitive’ que les langues orales. En fait, les gestes plus pauvres en question, ce sont les gestes de ceux qui justement ne parlent pas les langues signées (cf.LSB) !

Dans la vraie vie, les humains développant des langues  signées  l’ont  fait sans se concerter à  l’échelle  internationale, et ont donc très  logiquement développé des conventions linguistiques différentes. Le signe manuel de se lisser la barbe d’une main arrondie remontante peut ainsi signifier ‘père Noël’ dans di< érentes langues signées européennes, mais faites ce signe à Cuba  et vous serez en train de désigner Fidel Castro – ce qui peut provoquer de  fâcheux contre sens. La variation du signe touche aussi  la réalisation d’éléments grammaticaux comme  la négation, exprimée par des signes di< érents en  langue signée américaine, catalane et allemande  (*)
La variation  linguistique n’est pas seulement  lexicale, elle touche aussi la structure syntaxique même des langues signées, les règles d’accord et l’ordre des mots. En langue signée américaine, la négation se signe ainsi avant le verbe, ce qui serait complètement agrammatical en langue signée catalane ou allemande* ! Depuis les années 90, il est établi dans le monde linguistique que les langues signées ont  la même complexité syntaxique que toute autre langue humaine. Comme toutes les langues humaines, les langues signées sont plurielles !

* Pfau, R. & J. Quer. 2003 ‘V-to-Neg raising and negative concord in three sign languages’, Rivista di Grammatica Generativa Special Issue, edited by Cocchi, Gloria & Caterina Donati.

Source : http://www.festival-douarnenez.com © 24 Aout 2009 à Douarnenez

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.