Ils s’engagent à La Maison Verte : Anne-Charlotte Simb, des signes de solidarité

0
100

Une femme battante qui veut que les entendants fassent l’effort de s’ouvrir aux sourds

Soutenir, communiquer avec les personnes sourdes et malentendantes est une mission qui importe à Anne- Charlotte Simb, élue en mars dernier au conseil de La Maison Verte, ce lieu de proximité qui fait office à la fois de centre d’entraide et de paroisse protestante et où les projets ne manquent pas.

Inclure les sourds dans les assemblées de prière

Le jour de la Pentecôte, le culte a été traduit en langue des signes. « Vous savez, c’est une première ! » annonce t-elle, en vous regardant droit dans les yeux avec un large sourire. « En France, il n’y a pas de traduction du culte en langage des signes. En tout cas, pas chez les protestants réformés. Du coup, les personnes atteintes de surdité ne peuvent participer aux assemblées de prière. » A 44 ans, Anne-Charlotte sait de quoi elle parle. Protestante, elle a eu la chance de pouvoir pratiquer régulièrement grâce à sa maman croyante qui l’a aussi beaucoup aidée.

Un long chemin vers l’intégration professionnelle

Née au Cameroun, elle perd l’ouïe très jeune, suite à des otites à répétitions. Arrivée en France à l’âge de 8 ans pour être soignée, elle ne parle pratiquement pas. « J’ai eu l’opportunité d’aller dans un lycée à petits effectifs, nous étions une vingtaine, se souvient-elle. Les professeurs prenaient le temps de s’occuper de moi. Cela tranchait avec l’Afrique où on ne s’intéresse pas au problème de la surdité. » Ensuite, elle tente le concours d’infirmière et le réussit, sans pour autant l’avoir beaucoup préparé. Elle postule pour l’Assistance Publique. Premier refus. Pas découragée pour autant, elle décide d’écrire au Secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées en personne. Et ça marche ! Anne-Charlotte est embauchée à l’hôpital Bichat (Paris 18e) en juin 1990, au service des maladies infectieuses et tropicales, où elle exerce toujours aujourd’hui.

Aide aux sourds du Cameroun

Pour Anne-Charlotte, rien n’est un hasard : « Dieu a préparé ce chemin pour moi. C’est un peu ma mission… » C’est la même raison qui l’amène à accepter avec enthousiasme le projet de venir en aide aux personnes dont elle connaît bien le handicap. Ainsi, le jour de la Pentecôte, le culte de La Maison Verte a ouvert ses portes à un public varié, multiculturel, réunissant les communautés africaines et les personnes atteintes de surdité. Une bonne partie du culte a été traduite par un interprète spécialiste en langage des signes. Anne-Charlotte a pris en charge le Notre Père et la prière d’intercession. Une fois par mois, le samedi après-midi, Anne-Charlotte réunit à La Maison Verte des sourds et malentendants, africains pour la plupart. Ils font partie de l’association Solidarités nouvelles pour les sourds du Cameroun, qu’elle a créée en juillet 2007. L’association prépare différentes actions pour aider ceux qui, dans leur pays d’origine, sont affectés par ce handicap. « Nous pourrions, par exemple, acheter des micros et des rétroprojecteurs pour les écoles et les universités », explique la présidente. Le 20 juin, à la journée portes ouvertes de La Maison Verte, Anne-Charlotte a présenté l’association en langue des signes.

Des projets élargis à d’autres handicaps

D’autres projets sont en cours, comme la création d’un ciné-club accessible à toutes les personnes présentant un handicap, dont l’ouverture est prévue l’année prochaine. Mais aussi sous-titrage de films, appel à un interprète pour les débats prévus et port de casques possible pour les personnes malvoyantes ou aveugles. Comme toujours, La Maison Verte bouillonne d’initiatives pour favoriser l’accueil et l’ouverture à tous…

Source : http://blog.lamaisonverte.org © 01 Juillet 2009

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.