C’est un signe d’espérance pour les sourds

0
9

Le collège Jean-Jaurès de Nogent-sur-Seine propose une activité originale aux élèves pendant les vacances avec une initiation au langage des signes…

Ce n’est pas activité peinture pour les collégiens, ni modélisme ou musique. L’activité est néanmoins assez ludique, plutôt pédagogique et particulièrement utile : apprendre le langage des signes. Une initiative du principal adjoint du collège qui a abordé ce langage par curiosité linguistique en cherchant à comprendre la culture des sourds. Si vous ne voulez plus être ringards quand vous conversez sur le sujet, sachez dès lors que l’on ne dit pas sourds et muets, ce qui est presque un pléonasme puisque quelqu’un de sourd est par suite incapable de reproduire un son même si ses cordes vocales le permettent. Cela étant dit, le langage des signes n’est pas si développé que cela puisque dans les années 1980, dans les instituts spécialisés, on attachait les mains des sourds pour les obliger à parler. Les années quatre-vingt, ce n’est pas pourtant l’âge de pierre, mais pour ce handicap, cela y ressemble un peu. Handicap qu’il faut relativiser comme l’explique le principal adjoint : « Les sourds peuvent tout faire sauf entendre, une lapalissade direz-vous, mais qui traduit bien un manque considérable de connaissance et de reconnaissance pour les personnes touchées par ce handicap. Il y a quand même plusieurs façons de communiquer entre nous et le langage des signes est un moyen facile et à la portée de tous de s’ouvrir au monde des sourds, ou plus simplement, de vouloir faire l’effort de les comprendre. »
Les élèves qui se sont inscrits à cette activité, sont tous volontaires et en plus ils en redemandent. Il faut dire que leur professeur, Guillaume Damien, sourd de naissance, qui a fait de sa « différence » une expérience enrichissante et communicative, n’a pas besoin de parler pour que l’on sente son charisme et son humanité. « C’est effectivement un professeur exceptionnel qui a su

impliquer les élèves », confie le principal adjoint.
En tout cas, beaucoup d’enthousiasme chez les dix élèves du cours où le corps s’exprime et donne forme à un vocable qui semble à la portée de tous, même si Guillaume, par le geste – facilement compréhensible quand il tape du poing son crâne – explique les enfants et adolescents ont l’esprit encore maniable, ce qui n’est pas toujours le cas avec les adultes !

Une association au service des autres

Guillaume fait partie de l’association à but non lucratif « Des yeux, des mains » que l’on trouve à Sainte-Savine mais dont les prestations et la qualité du relationnel ont dépassé les limites du département de l’Aube.
On s’intéresse évidemment aux sourds dans cette association en proposant des ateliers (danse, hip-hop, contes, théâtre, mimes) pour enfants, adolescents et adultes. On propose également des conférences sur le sujet pour mieux comprendre le problème de la surdité, les évolution sociétales et la place du sourd dans notre société. On y pratique aussi des cours de langue des signes fraaise (LSF) pour enfants, adolescents et adultes, afin de permettre à tous de comprendre « la culture sourde ». Puisqu’il s’agit bien d’une culture spécifique avec ses codes et ses signes. L’association au travers de la dynamique Géraldine Chéry propose également du conseil et de l’interprétariat.

Contact utile : 06 61 27 01 13

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.