En volley, les sourds entendent partager le même terrain

0
51

Réunir des personnes sourdes autour d’une activité sportive, Ronchin sait faire. Hier, la section volley organisait un tournoi pour populariser son activité.

Sur les terrains, pas de cris. Du bruit, certes, mais celui du ballon et des chaussures qui crissent. La section volley du Stade olympique des sourds de Ronchin organisait samedi son tournoi. Le but : faire découvrir son activité aux jeunes sourds et pourquoi faire de nouvelles recrues.

« La section compte neuf joueurs évoluant en Nationale 1, constate Cédric Tahon, initiateur et responsable de la section depuis cinq ans. Ce tournoi est proposé par notre fédération dans toute la France. À Ronchin, il servira aussi à financer nos déplacements et l’hébergement lors des matchs de championnat qui peuvent nous emmener à Bordeaux ou Lyon. » Une poignée d’entendants participe à la fête. Le tournoi est soutenu par le Volley-club ronchinois de Michel Maddelein. « Le club nous aide en fournissant les arbitres et les installations. Nous nous connaissons bien. On s’entraîne toutes les semaines ensemble.

Sourds et entendants sont sur le même terrain », s’enorgueillit Cédric Tahon.

Neufs équipes de trois personnes sont sur les rangs dès 9 heures Les matchs s’enchaînent dans une ambiance plus familiale que compétitive. Deux équipes de Versailles ont fait le déplacement.

17 heures, c’est la finale, âprement disputée en trois sets. Novices et professionnels, sourds et entendants se donnent à fonds. Autour du terrain, le public se lance dans des commentaires inaudibles. Le langage des signes est langue officielle mais, de part et d’autre du filet, inutile d’être bilingue. Le sport est un langage universel.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.