Sourd, il est fauché par un train touristique

0
88

Le concours de circonstances ne pouvait être plus malheureux. Un homme qui n’aurait jamais dû se promener le long des rails. Un endroit qui était peu visible pour le chauffeur du train. Sans compter sur la surdité de la victime…

Les pompiers ont dû utiliser des coussins gonflés à air comprimé pour dégager le corps de lautorail. Intervenus rapidement, ils nont rien pu faire pour la victime.
Les pompiers ont dû utiliser des coussins gonflés à air comprimé pour dégager le corps de l’autorail. Intervenus rapidement, ils n’ont rien pu faire pour la victime.

Ce dimanche midi, Jean-Marie Billamboz, 64 ans, se promenait vers le lieu-dit « Cublaise » (Haute-Loire) sur une voie ferrée. Celle d’un petit train touristique qui circule entre Saint-Agrève et Dunières. Le sexagénaire semblait avoir l’habitude de se balader dans ce coin quand aucun train ne circulait. Sauf que ce jour-là, un groupe de 25 anciens cheminots inaugurait la saison touristique de la ligne ferroviaire.

Le sexagénaire a été percuté et traîné sur environ 60 mètres
Parti d’Ardèche, l’autorail, « La Flèche des Cévennes », se dirigeait tranquillement vers Montfaucon et Dunières. À 30 km/h, il n’est pas du genre à faire des excès de vitesse. Ce qui n’empêche pas au conducteur de rester attentif. Or, dans une courbe, il a été surpris de voir une personne se baladant avec son chien. Il a klaxonné pour l’avertir et freiné pour ralentir le train. Mais le promeneur n’a pas du tout réagi. On ne saura que plus tard qu’il était complètement sourd. Face à l’absence de réaction, le chauffeur a actionné le freinage d’urgence. Ce qui n’a pas permis d’éviter le drame. Le sexagénaire a été percuté et traîné sur environ 60 mètres. Il a été tué sur le coup : les pompiers n’ont rien pu faire.

Le chauffeur traumatisé
« Ce n’est pas du tout un lieu pour se promener, regrettait Yves Rocher, président du syndicat intercommunal responsable du réseau ferroviaire. Le plan d’intervention et de sécurité a bien fonctionné et le conducteur a fait ce qu’il fallait faire. » Traumatisé, le bénévole, qui conduisait l’autorail, a été hospitalisé. L’enquête, menée par la gendarmerie de la compagnie d’Yssingeaux, privilégie l’hypothèse de l’accident. Dans ces circonstances, le procureur a décidé d’annuler l’autopsie du corps de la victime. Jean-Marie Billamboz, habitant de Montfaucon, était bien connu dans la région : il était le fils de l’ancien président du conseil général de Haute-Loire.

Source : http://www.ledauphine.com © 21 Avril 2009 à Duniere

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.