Écouter les signes parler

0
70

La semaine a débuté, lundi, par un atelier de sensibilisation à la langue des signes. Ambiance…

Karine, avec sa collègue Laëtitia, ont initié les jeunes et moins jeunes Thouaréens à la langue des signes.
Karine, avec sa collègue Laëtitia, ont initié les jeunes et moins jeunes Thouaréens à la langue des signes.
[

Mais maman, les signes ne parlent pas ! » Léna, 8 ans, a été quelque peu surprise quand sa maman lui a proposé, lundi, de participer à un atelier de langue des signes. Mais cet après-midi-là, dans une des salles de la Morvandière, la fillette, sa petite soeur de 4 ans et les autres enfants présents ont été emballés. « Pour les vacances, je cherchais une activité à leur faire faire. C’est ainsi que j’ai découvert le festival Tous dans la même équipe. C’est important que mes filles sachent que tout le monde est différent. D’autant que nous avons aussi une enfant handicapée à la maison. Touchée par une méningite, aujourd’hui, elle ne parle pas et les gestes comptent beaucoup pour communiquer. »

Un jeu d’enfant

Au contact de Karine et Laeticia, les animatrices de l’association nantaise Cultiv’art, petits et grands ont ainsi découvert une autre forme d’expression « ou à chaque mot correspond un geste, un mouvement ».

Presque un jeu d’enfant, à en voir les petites mains virevolter dans l’auditoire. Ainsi Mathieu, gourmand à n’en pas douter, venu avec le centre de loisirs de Thouaré, n’a pas eu de mal à traduire « J’adore les bonbons » en langue des signes, devant les regards amusés de ses camarades. « Une langue magique » qui permet de communiquer sans bruit et donc très vite adoptée par Alix et Jeanne, les deux petites filles bavardes du dernier rang…

Mais pas que. Parmi les jeunes spectateurs, une plus grande : Marcelle, professeur des écoles, avoue utiliser quotidiennement les gestes pour parler : « Je suis détachée de mon poste pour donner des cours d’anglais aux élèves. Et pour se faire comprendre lorsqu’on ne parle pas la même langue, on n’a rien trouvé de mieux que les mains. Ce type d’atelier est donc d’autant plus intéressant pour moi. »

Pari gagné

Faire des différences du handicap un atout. Au premier jour de la première édition de « Tous dans la même équipe », le pari de la Ville de Thouaré était déjà gagné.

Après un atelier autour du braille hier, place aujourd’hui aux démonstrations de chien d’aveugles, et lectures dans le noir…

« Lorsqu’on ne parle pas la même langue, on communique avec les gestes »

Source : http://www.presseocean.fr © 08 Avril 2009 à Thouaré

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.