Un « Bar des signes » pour faire sortir les sourds du silence

0
66

Pas facile d’entretenir une vie sociale quand on est coupé du monde extérieur. C’est pourquoi la toute nouvelle Association réunissant malentendants et sourds (ARMES) a décidé de lancer des réunions « Bar des signes ». La première avait lieu mardi au bar Le Rétro.

Une dizaine de sourds et malentendants ont participé à cette première rencontre au bar Le Rétro.
Une dizaine de sourds et malentendants ont participé à cette première rencontre au bar Le Rétro.

Ces clients atypiques se sont installés dans un coin du café, autour de quelques verres. Personne ne parle, mais ne croyez pas qu’ils s’ennuient. Car à bien y regarder, cette bande d’amis est en pleine conversation, agitant frénétiquement les mains et les lèvres, nourrissant des débats aussi animés pour eux qu’incompréhensibles pour le premier quidam venu. Nous sommes à la toute première rencontre « Bar des signes », organisée mardi dans un bar de la ville par la jeune association ARMES, née à Haillicourt en janvier. Une dizaine de participants étaient au rendez-vous. « Notre but, c’est de réunir régulièrement les sourds, les malentendants mais aussi les « entendants », afin qu’un lien se crée entre ces deux mondes, coupés par une barrière invisible », explique Joël Boineau, président d’ARMES et seul « valide » parmi la trentaine d’adhérents.
Vers un réseaude bars ?

Car vivre sans ouïe ni parole engendre forcément une rupture par rapport au monde extérieur. « La plupart du temps, les sourds sont dans un cocon, ajoute-t-il. Personne n’ose aller vers eux et on les prend même parfois pour des fous. » L’indifférence face à la peur de la différence… Ces rencontres ont justement pour but d’y remédier. « Les sourds réunis à plusieurs peuvent facilement apprendre aux autres à communiquer par le langage des signes », assure Joël Boineau.

Le principe de ces « Bars des signes » n’est pas nouveau. Il en existe déjà à Hazebrouck et Outtersteene (commune de Bailleul). L’association rêve donc de créer un réseau de bars où les groupes se retrouveraient régulièrement. À Bruay, la patronne du Rétro, un bar situé à côté du magasin Shopi, est partante à 100 %, après cette « première » concluante. « Même si ça n’a pas duré longtemps, en leur parlant doucement sur les lèvres, on arrive à se faire comprendre », témoigne Chrystelle. Le rendez-vous est déjà pris pour une rencontre à plus grande échelle au mois d’octobre.

D’ici là, l’association ARMES a bien d’autres projets en perspective. Un concours de pétanque et un repas campagnard sont déjà planifiés. Le bureau, uniquement animé par des sourds et des malentendants (hormis le président), prévoit aussi une journée de pêche avec le club d’Hesdigneul et un concours de belote ouvert à tous. « À terme, l’idéal serait que l’association ne serve plus à rien », rêve Joël Boineau. Tout dépendra de l’accueil que ceux qui ont la chance de parler et entendre réserveront à ces rencontres.

Source : http://www.lavoixdunord.fr © 02 Avril 2009 à Bruay La Buissière (Lille)

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.