Les grands sourds : René Princeteau

0
182

Date de naissance : 1843, Mort : 1914

Nationalité :

Résumé :

Biographie :

René Princeteau (1843-1914) s’inscrit dans la lignée des peintres de cheveaux les plus illustres : Carle vernet, Théodore Géricault et Alfred De Dreux. Après avoir suivi des cours de sculpture à Bordeaux, il reçoit une formation classique auprès du sculpteur Dumont à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. En 1873, le maréchal de Mac-Mahon lui demande de réaliser son portrait équestre, qui fut le premier d’une série comportant également celui de Georges Washington.

En 1874, Princeteau loue un atelier dans une cité d’artistes du faubourg Saint-Honoré, où il côtoie Forain, Lewis-Brown, du Passage et Buisson.

Sourd et muet de naissance, cet artiste a trouvé dans la sculpture, puis dans la peinture, un moyen d’expression à même de traduire ses émotions.

Cavalier hors pair, il fréquente les champs de courses et de prestigieux équipages de chasse aux chiens courants, notamment celui du duc d’Aumale à Chantilly.

Introduit dans la haute société de son temps, il se lie avec Henri de Toulse-Lautrec dont il devient le maitre et l’ami. Son trait nerveux, qui décrit si bien le mouvement, marque durablement le jeune prodige. Son dessin est vif, rapide, toujours à la recherche de l’expression de ses modèles, que ce soit des hommes ou des animaux.

Dans une seconde partie de sa carrière, René Princeteau se retire dans sa propriété familiale de Pontus, près de Libourne, et s’attache à la description de la vie rurale. C’est dans cette maison qu’il meurt en 1914.

Photos :

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.