Les dix ans des Correspondances : la langue des signes dit tout

0
57

Salles archi-combles et des milliers de gens dans les rues

400 personnes ont assisté à la rencontre animée par Pascal Jourdana à propos du livre de René Frégni "Tu tomberas avec la nuit". Comme un soutien des Manosquins à l'écrivain très ému. Babeth dans la langue des signes traduit tout. Impressionnant!

Babeth Évrard, interprète de la langue des signes, expert auprès de la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence, a traduit certaines rencontres des Correspondances à l’intention des sourds et malentendants. Hier matin, place de l’Hôtel de ville, face à plus de 400 spectateurs (un recordsignificatif du soutien affectif des Manosquins) elle a retranscrit, gestes incroyables à l’appui, le dernier roman de Regné Frégni « Tu tomberas avec la nuit » relatant les mésaventures de l’écrivain avec la justice; notamment sa garde-à-vue dans les geôles de l’Évêché à Marseille, qu’il qualifie toujours d’inhumaines.

Un sujet qu’il a développé dans les émissions littéraires de Franz-Olivier Giesbert et Patrick Poivre d’Arvor. Mais hier matin, c’est à 50 m de son domicile et de son restaurant – là où tout a commencé – que René Frégni a été interrogé par notre confrère Pascal Jourdana. L’écrivain qui avait invité par lettre recommandée le juge Segonnes – aujourd’hui vice-président du tribunal de Grasse (06) – n’a pas été surpris de l’absence de l’ancien magistrat dignois. Mais il n’a pas manqué de rappeler qu’il avait été soutenu par tous les enseignants qui ont continué à l’inviter pour des conférences dans les lycées et écoles… alors qu’il était interdit de prison, dans le cadre de ses ateliers d’écriture. Fonction qu’il exerce de nouveau… Babeth dans la langue des signes continuait la description.

Comment traduire « le sexe humilié alors qu’on est tout nu à 7 heures du matin dans un sous-sol à Marseille? » Apparemment, les sourds présents ont parfaitement compris toute la détresse d’une humiliation. »Ce livre m’a apaisé,a-t-il dit à la foule, yeux embués.Mais j’ai fait écrire aux Beaumettes, un Francis – accusé sur dénonciation, mais sans preuve – d’être le commanditaire de l’assassinat du juge Michel. Il est sorti pour raison médicale après 25 ans. C’est à croire que les juges sont plus protégés que nos enfants. »

Source : http://www.laprovence.com © 29 Septembre 2009 à Manosque

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.