Marc Flower: «Le foot, c’est ma passion»

0
90

Football. Le Toulousain d’adoption est international chez les sourds et malentendants.

Marc Flower, originaire de Basse-Terre en Guadeloupe, fait partie de l’équipe de France des sourds. Ce milieu de terrain pouvant jouer aussi attaquant fêtera bientôt ses 20 ans. Il vient de disputer, le mois dernier en Grèce, le championnat du Monde et il a décroché avec les Tricolores une belle troisième place. Lui qui compte trois sélections a déjà marqué deux fois sous le maillot frappé du coq. Et ce Toulousain d’adoption (N.D.L.R. : il est arrivé dans la Ville rose à l’âge de 3 ans) n’a pas que les jambes puisqu’il vient d’obtenir son Bac. Marc, dont l’idole est Lilian Thuram, va désormais s’orienter vers un BTS mécanique à la rentrée en « jonglant » avec le foot, à Castanet.

Ce jeune homme « volontaire, sociable, sérieux et calme », dixit Denise, sa maman, explique : « J’ai commencé le foot à Balma à l’âge de 9 ans. Malgré mon handicap, j’arrive à m’intégrer dans des équipes d’entendants. Le foot, c’est ma passion. »

Une équipe à Toulouse
Les yeux pétillants dès qu’on évoque ballon rond, il enchaîne : « J’ai découvert l’an dernier qu’il existait une équipe de sourds à Toulouse. Ils m’ont proposé de jouer avec eux. J’ai fait des beaux matches contre Bordeaux, Albi et les dirigeants de l’équipe de France m’ont alors repéré. » Un vrai talent qui fait la fierté de ses parents et qui impose nécessairement le respect. « J’aime le football et, par rapport au niveau, je ne suis pas déçu lâche Christian, son papa. Ce sont des joueurs qui ont énormément de spontanéité et qui sont parfois bridés par les consignes. À mon avis, nous apprenons beaucoup plus à voir jouer ces joueurs. Je suis content que l’on parle de Marc, mais surtout par rapport aux autres sourds qui peuvent voir que l’on peut malgré tout s’intégrer. Il faut qu’ils sachent qu’il y a une équipe à Toulouse. Cela lui aurait été profitable de l’intégrer plus tôt, mais le fait de jouer depuis son plus jeune âge avec des entendants, lui en a été tout autant. »

Toutefois, Christian Flower n’oublie pas les difficultés liées à la surdité de son fils : « Sur un terrain, Marc est intégré mais, même si les joueurs parlent avec lui, dans le jeu, leur comportement est différent. On ne perd pas de vue qu’il est handicapé, donc on joue moins avec lui. »

Ce joueur est donc un véritable exemple pour les personnes atteintes d’un handicap, quel qu’il soit, et montre ainsi la voie de l’intégration par le sport. Chapeau Marc !

Source : http://www.ladepeche.fr © 02 Septembre à Toulouse (France)

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.