Les grands sourds : Ferdinand Berthier

0
220

Date de naissance : 28 Septembre 1803 à Louhans, Mort : 12 juillet 1886 à Paris

Nationalité : France

Résumé : Sourd

Biographie :

Ferdinand Berthier est l’un des plus brillants exemples de réussite d’un sourd par l’éducation bilingue (LSF et français écrit), la LSF étant alors (provisoirement) autorisée. Il devient professeur à l’Institut National des Sourds de Paris et défend hardiment le peuple sourd. Il écrit de nombreux livres sur le monde des sourds. Il est élu membre de la Société des Gens de Lettres. Il dénonce les erreurs de méthode de l’Abbé de l’Epée mais le respecte infiniment et en défendra la mémoire toute sa vie.

En 1803 , Né à Louhans. Sourd de naissance. Mon père est chirurgien

En 1811 , Elève à l’institution de Paris. Mes professeurs: Laurent Clerc (sourd) , Jean Massieu (sourd) et Auguste Bébian (entendant). Succès scolaires.

En 1821 , A. Bébian est renvoyé de l’institution par son directeur, l’abbé Sicard.

En 1824-29 , Je gravis les échelons: répétiteur puis professeur.

En 1829 , Alphonse Lenoir furent les deux premiers sourds nommés professeurs.

En 1832 , L’articulation devient obligatoire dans les dernières classes. Le nouveau directeur établit le système de rotation. Les professeurs sourds sont gravement lésés. (Ce système sera abandonné en 1840).

En 1834 , Avec mes compagnons sourds, je décide d’organiser chaque année un banquet des sourds-muets pour rendre hommage à l’abbé de l’Epée. Ces banquets connaissent de grands succès.

En 1838 , il crée  la Société Centrale des Sourds-muets de Paris, un organisme visant à regrouper les personnes sourdes . En même temps que cette communauté se regroupe, un clivage se crée entre les “oralistes” (qui privilégient la lecture labiale) et les défenseurs de la langue des signes.

En 1841 , il fait ériger un monument à l’emplacement supposé de la tombe de l’abbé de l’Epée (Eglise St-Roch à Paris).

En 1843 , il fait ériger une statue de l’abbé de l’Epée à Versailles.

En 1848 , Révolution de juillet. Les sourds se battent pour défendre la République.

En 1849 , Je suis le premier sourd français à être décoré de la Légion d’Honneur !

En 1865 , Je me retire de l’enseignement. J’ai enseigné pendant plus de 40 ans à l’institution de Paris. Pendant 30 ans, j’ai été doyen des professeurs. J’ai demandé à être nommé Censeur des études, mais ce titre m’a toujours été refusé, en raison de ma surdité.. J’écris plusieurs livres pour aider à mieux connaître leurs droits et leur histoire: une explication du Code civil, une vie de l’abbé Sicard, etc… Je suis président de la Société Universelle des Sourds-muets (ancienne Société Centrale).

En 1868 , il publie « le Code Napoléon mis à la portée des sourds-muets »

En 1880 , Congrès de Milan: c’est une catastrophe pour les sourds de France si les décisions sont appliquées.

En 1883-84 , Association Amicale des Sourds-Muets (de la Seine) a été créée par M. Ernest Dusuzeau (Sourd d’élite), doyen des professeurs Sourds à l’institut de Paris après M. Ferdinand Berthier, à l’instar du “modèle” de la Société Universelle de 1867. L’année suivante, elle deviendra simplement “Association Amicale des Sourds-Muets de Paris” (le 20 décembre).

En 1886 , Il meurt

Victor Hugo écrivit à Ferdinand Berthier, sourd-muet, le 25 novembre 1845 : « Qu’importe la surdité de l’oreille, quand l’esprit entend ? La seule surdité, la vraie surdité, la surdité incurable, c’est celle de l’intelligence ». Nous, les sourds, espérons que les décideurs concemant la question des sourds ne soient pas atteints de cette vraie surdité.

>>> Site

Photos :

 

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.